Boues

Le voilà  dans les régions boueuses, à demi enlisé, soutenu par un arbre nu, dépouillé, défolié par l'acide orange qui brûle ; le voilà enlisé, le soldat perdu, dont les idées se liquéfient au fur et à mesure que son cerveau  s'échappe, lui échappe, sous le casque troué, par un trou tout rond au dessus de l'oreille, au travers des cheveux qui collent, sont collés par le sang.


- Regarde mes cheveux, Maman dit-il, ils sont sales, ils sont longs, Maman, regarde mes cheveux ont poussé, si longs si sales, jaunis, ils collent, Maman.

Les copains gisent en silence la face dans la boue, et le grand Bill se balance dans  l'arbre noir, pendu à son parachute blanc qui tressaute en ressorts quand le vent s'y engouffre, dans l'arbre noir où jadis piaillaient des  oiseaux verts .

 

Il a soif, le soldat, parfois il voit le jet d'eau sur la place, des cascades. Le soleil ne brûle pas à la manière du soleil, il tape des coups sauvages  au rythme des pulsations de son crâne. Il crie :

 - Maman les panthères sont sorties des cages, Maman, au secours, Maman.

Mais Maman est assise en silence à broder ses sempiternelles  tapisseries fanées avec des chevaliers et des licornes.

- Maman insiste  le soldat, contrarié !

Des lézards, des scorpions, des serpents grouillent maintenant et montent à l'assaut de ses jambes.

-Maman ! crie encore le soldat, tandis que son corps astral s'envole vers les autres couleurs…

 

 


 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

soledad 25/10/2010 20:48


Ce soir, je viens te saluer en ‘penotte’, au coin de la cheminée
avec dedans un bon feu, pour nous réchauffer.
Je le partage ce soir avec toi…
Un mauvais rêve? Imaginaire?
Bisous


Pénéloop 25/10/2010 16:26


Week-end à Zuydcoote
Premier Noël
Parfum de savonnette...

Pénéloop

http://fr.wikipedia.org/wiki/Week-end_%C3%A0_Zuydcoote_(roman)


aimela 24/10/2010 14:27


En peu de mots tu nous écris une tragédie quotidienne dans d'autres lieues. C'est superbe encore une fois


Solange 24/10/2010 00:35


Comme d'habitude un texte qui dit tout, c'est très beau.


David 23/10/2010 21:15


Je n'avais pas écouté la musique. Le requiem est tout à fait approprié à ton texte. Merci Emma d'écrire d'aussi belles choses et de trouver des musiques en accord avec elles, c'est un réel
bonheur.
AD


David 23/10/2010 20:50


Très beau texte où l'intensité dramatique me fait penser au Roi des Aulnes.
AD


sophie 23/10/2010 20:00


Quelle tristesse mais quelle belle écriture Emma.


ludmilla 23/10/2010 12:12


la dramaturgie est là, inscrite dans un dialogue intime révélé par ton écriture précise. Texte court et intense, il n'en fallait pas plus. merci


Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog