Installation

pour Miletune

 

a846da1613bb4bbb820e6a9bf56ebb2a_jpg_resized_wm_.jpg

photo Eric Belin

 

Elle appelle ça "mon autel culturel".


-"Des vieilleries", grommelle Brigitte en passant le plumeau d'un air dégoûté, "des nids à poussière".


-"Enfin, Maman", dit Sylvie, "les escargots devant l'homme pressé, c'est amusant, mais pourquoi as-tu besoin d'enrubanner de dentelle ces vieux bouquins ? Qu'est-ce que tu leur trouves ? As-tu l'intention de les relire ? Plus personne ne lit Paul Morand, Pierre Benoit, Martin du Gard ! Le gros Dumas passe encore, mais le traité de cosmographie de l'antiquité à nos jours, édition 1912, Maman !

Si tu veux je te cherche une édition plus belle de tous ces titres…"


-"Ma chérie, je ne veux pas de livre neuf. Ceux-là, pas d'autres. Qu'importe qu'ils soient sales et dépiautés ! Je n'ai pas besoin de les ouvrir pour entendre Antinéa et Milady me parler avec la voix de mon père qui aimait tant ces livres.  

La cosmographie, c'est étrange, je ne sais pas ce qu'elle fait là… mais le vieux réveil, ma chérie, un réveil qui ne réveille pas, n'est-ce pas infiniment reposant ?


-"Ta mère est à la pointe de l'art", intervient Marc. Elle fait des INSTALLATIONS. Comme celles que nous avons vues au musée d'art moderne. C'est épatant, mère, il faudra qu'on vous y  emmène, ça vous donnera des idées ! Tu te rappelles, Sylvie ? Ce caddie débordant de bouteilles et de paquets de lessive, follement exotique ! Et le billard rempli de boue dans laquelle dormaient des gnomes de plastiques, qui se mettaient à copuler frénétiquement dès qu'un  visiteur passait devant ? Géant !!!

Ah Ah Ah !!!"


Mais Sylvie ne rit pas. Sa mère l'inquiète. Elle a toujours été fantasque, mais depuis quelque temps, elle multiplie les installations incongrues un peu partout dans la maison. Et elle interdit qu'on y touche !

La pire, qui broie le cœur de Sylvie, est qu'elle a posé les vieilles pantoufles de son père en plein milieu du vestibule pour le cas où "il se déciderait à rentrer".


-"Maman, s'il te plaît, ce sont des folies, tu le sais bien, pourquoi fais-tu tout cela ?"


-"Mais, ma chérie", dit Isabelle avec l'air malicieux qu'elle avait autrefois quand elle leur avait préparé un bon gâteau ou concocté une surprise, "je fais mes bagages, tu vois bien"

Solange 21/06/2011 14:43


Un autre beau texte très émouvant.


joelle.colomar.over-blog.com 19/06/2011 10:00


Cette histoire si bien écrite me rappelle des épisodes de ma vie professionnelle, quand je soignais les personnes âgées.Je les trouvais touchantes, pleines de poésie dans leurs absences ( pour ne
pas utiliser de terme trop médicaux) bien présentes. Merci pour ta sensiblité. Joëlle


pimprenelle - entrebrumetsoleil 16/06/2011 18:16


Mais qu'est-ce que vous avez toutes à si bien décrire les situations qui semblent "normales", mais pas pour tout le monde.


Douar_Nevez 14/06/2011 16:49


Bon mardi Emma.
Bisous.


Douar_Nevez 12/06/2011 13:15


Je suis désolée que quelqu'un se serve de mon adresse pour t'envoyer des spams.
Je ne sais pas quoi faire???
Bon dimanche quand même Emma.
Bisous.


Douar_Nevez 11/06/2011 19:45


Bisous Emma.


Douar_Nevez 10/06/2011 16:15


Bisous Emma et bon pont.


Douar_Nevez 09/06/2011 16:50


Un texte très émouvant et surprenant.
Bisous et bonne soirée Emma.


aimela 07/06/2011 08:05


Un texte qui m'a profondément ému mais je n'en dis pas plus , trop de chagrin m'étreint pour l'instant


Douar_Nevez 06/06/2011 16:42


Bisous Emma et bonne semaine.


Armide + Pistol 05/06/2011 18:18


Le génie et la folie se rencontrent. Une chute qui laisse libre cours à l'équivoque et permet de ne pas basculer dans le désespoir.


sophie 04/06/2011 18:21


Merci Emma pour ce petit bout de vie émouvant.


Martine27 04/06/2011 09:58


Une mise en scène de ses souvenirs c'est une belle façon de faire, seulement voilà comment savoir où finit la fantaisie et où commencent les gros problèmes ?


valdy 04/06/2011 08:45


Bonjour Emma,
Si la chute est dite avec douceur et élégance, elle nous saisit quand même. Comme tu racontes bien les histoires, on s'attache aux personnages, et on n'a nullement envie qu'ils partent... Quelle
coïncidence, je viens de publier un poème de P.Jaccottet sur le grand âge...Très bonne journée à toi...Valdy


QuichottineP 04/06/2011 08:08


Ton texte m'a émue.
Je ne sais que dire d'autre.

Alors, bonne journée, Alinea.


Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog