bonne fêtes mamans...

 

carte-1.jpg

 

une fois n'est pas coutume, un poème emprunté

 

Phileas Lebesgue. La maison vide

  
Tu n’es plus là, ma mère ... En la vieille maison
que ton âme imprégna d’odeur céleste, j’erre.
Sur les géraniums tremblants de l’étagère
je te revois penchée à l’arrière saison.
Ah ton image ici n’est pas une étrangère...
mais chaque jour la rend plus vaine et plus légère.
Tu n’es plus là, ma mère. Et pourtant je respire
ton souffle d’ans l’haleine agreste des lys blancs.
Dans les roses du seuil, je revois ton sourire.
Ce vieux jardin, où jusqu’au bout tes bras tremblants
voulurent promener le sarcloir ou la bêche,
où l’on pouvait te voir chaque soir à la fraiche
patiemment penchée, ah comme il est encore
tout plein de ta présence et de ton calme effort !
Je ne veux rien changer aux plus vulgaires choses
que ta main disposa pour m’y faire un doux nid.
Mais le monde ne vit que de métamorphoses.
La goutte d’eau ronge la pierre et le granit..
Malgré toi, tout ce qui fut toi se désagrège.
Et sous l'étreinte de mes doigts fond comme neige.
Irai-je demander aux passants du chemin
s’ils n’ont pas rencontré ton ombre dans la rue ?
Chaque heure en emporte un de ceux qui t’ont connue
et les autres s’en vont sans me tendre la main.
Chacun sent le prix étrange de la vie
et court, l’angoisse au coeur, à sa chère folie.
Tu n’es plus là, ma mère... En ta vieille maison
je respire ton âme, avec un lent frisson

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Miche 27/05/2014 06:24

Toutes ces images si vivantes en nous...

jamadrou 25/05/2014 08:19

Emouvant Phileas...lui avais-tu seulement dit de son vivant à ta maman que tu l'aimais tant?

aujourd'hui j'ai à côté de moi un Philéas qui m'a dit: "première fête des mères sans elle"
l'a-t-il aimée comme Elle le souhaitait? trop tard pour savoir..

jill bill 25/05/2014 06:25

Ah j'applaudis emma ce poème pour celle qui fut tienne....

larbi 29/09/2012 17:00

c'est une poesie que j'ai lu a l'ecole en 1968.j'avais 11ans.je n'arrive pa l'oublié seulement j'ai oublié l'auteur et c'est grace a google que je l'ai retrouvé apres bien des recheches.surtout que
je viens de perdre ma mere depuis 5ans alors je trouve ce poeme comme hymne a chanter a toutes les mamans c'est emouvant

Armide + Pistol 31/05/2011 23:35


Des mères toujours présentes dans nos vies, jusqu'au bout du chemin, et dans celle de nos enfants.


Solange 31/05/2011 20:35


C'est un poème magnifique, je ne le connaissais pas merci.


valdy 30/05/2011 22:34


Emma, il est si vrai et si beau ce poème du temps qui passe.
Et Mariano l'irrésistible ...
C'est très touchant, je sors sur la pointe des pieds.
A bientôt,
Valdy


Douar_Nevez 30/05/2011 16:56


Bonne fête à toutes les Mamans!
Bisous et bonne semaine.


Quichottine 29/05/2011 18:34


Des mots qui disent à l'absente combien elle compte encore.

Merci, Emma.

Pensées pour toi.


Domidel 29/05/2011 11:24


c'est beau, plein de nostalgie... cela semble écrit pour tous ceux et celles qui n'on plus leur maman. Quel que soit notre âge, il reste un grand vide


louvopale 29/05/2011 10:46


Il est loin le temps où je récitais des poèmes à ma maman. Celui-ci est très émouvant, merci Emma.


Annick SB 29/05/2011 09:49


Un beau cadeau de fête des mères avec ce poème sensible que tu as choisi pour nous et pour elles toutes ... Merci.


Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog