Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

posologie

cliquer sur l' image pour la version audio

 
Dix petites pilules d'oubli font un rond blanc sur l'assiette verte.
 
La première est pour le ciel bas, il  m'écrase et me noie. Restent neuf.
 
Neuf petites pilules blanches forment un chapelet sur la faïence épaisse.
 Celle-ci sera pour le boulot de merde, ce boulot qui me broie. Huit.
 
Huit petites pilules soulignent en arc la pomme fanée sur l'assiette de Maman.
Une pour Maman qui m'a faite orpheline. Il n'en reste que sept.
 
Sept petites pilules, je les pousse en  montagne pointue sur le dos de la pomme.
Celle du haut, pas parce que tu ne m'aimes plus, mais parce que je ne t'aime plus. Six.
 
Six petites pilules en tas informe font une tache blême sur l'assiette ébréchée.
Celle-ci me nargue, elle sera pour Jeannot qui ne m'écrit jamais. Ça fait  cinq ?
 
Cinq petites pilules au bout de mon doigt dessinent une étoile sur l'assiette si douce.
Une pour Justine qui ne m'appellera pas. Il n'en reste que quatre.

 

Quatre petites pilules ne sont plus qu'un carré déplumé au milieu de la pomme.
Celle de l'angle droit pour mon tendre bébé  qui n'est jamais né. Plus que trois déjà?
 
Trois petites pilules se suivent joliment sur la queue de la pomme.
Je prends... celle du milieu pour oublier que j'ai avalé  les autres. Deux ?
 
Deux petites pilules blanches sont des moutons troubles sur une pairie verte
Une pour la vilaine figure que je vois dans la glace qui ondule. Une, une, une ?
 
Une petite pilule que je ne trouve plus dans l'assiette cassée.
Maman, je suis si fatiguée…

 

ci dessous, autre lecture, parmi d'autres pièces courtes, par Jacques Bonnaffé

la bibliothèque sonore de Sagine est ici  (clic)

et le tableau se trouve ici (clic)

Jacques Bonnaffé lit la poésie du lundi au jeudi sur France culture...  clic

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Galet 15/04/2018 20:34

Toutes ces pilules que la vie nous fait avaler et qu'on gobe par lâcheté, ou par lassitude, souvent pour avoir la paix... jusqu'à la trouver au fond d'une boîte...

almanito 15/04/2018 08:26

Toujours autant d'émotion et ce tableau si expressif qu'il faut regarder avec tendresse...

Quichottine 15/04/2018 07:24

Je me souvenais bien de cette page...
Merci de nous y conduire de nouveau.

Jeanne Fadosi 02/06/2015 18:41

Il est terrible ce poème, j'en ai la chair de poule

almanito 31/05/2015 09:09

Terrible, j'en ai la gorge nouée et les larmes aux yeux.

fanfan 04/03/2013 10:35

Superbe!

gazou 04/03/2013 08:31

très beau texte
J'espère que toutes ces pilules ne vont pas l'empêcher un jour de découvrir la beauté de la vie

armide+Pistol 22/01/2013 20:01

Une comptine douce amère saisissante. J'en suis bouleversée.

Solange 07/01/2013 17:16

Je ne peux l'entendre, mais la lecture est bien agréable.

Quichottine 05/01/2013 01:10

C'est magnifique !!!!
... et son site aussi. :)

Merci, Emma.
Si j'avais eu plus de temps,je me serais attardée chez elle... il y a d'autres textes que j'aurais aimé écouter. J'y retournerai.

Passe une douce journée à venir.

cathycat 03/01/2013 19:46

Quel texte magnifique et émouvant ! Deux lectures différentes... l'expérience est vraiment étonnante et enrichissante. Merci.

flipperine 03/01/2013 15:47

c'est bien triste comme histoire c'est la grande solitude

claire fo 03/01/2013 15:00

Comme tu l'as si bien dix...la vie c'est parfois l'amer à boire....
Un texte qui m'a mis l'alarme à l'oeil...

jill bill 03/01/2013 08:00

Un enfant en souffrance et ses pilules bien contées...

Annick SB 03/01/2013 07:28

Quand la douleur se fait appel ... avec le " si " qui insiste, quand la Maman, absente, ne peut plus rien pour nous, il reste les mots pour faire du beau : bravo !

valdy 30/08/2011 07:17


Enumérer nos fardeaux avec pudeur et transformer nos cris en contine poétique,
Bravo Emma
Valdy


Quichottine 23/07/2011 10:33


Nous nous connaissons peut-être depuis un peu plus longtemps que ce mois de janvier de 2011 où je t'écrivais ici.

J'ai envie de penser que celle qui prenait ces pilules une à une ne s'est pas suicidée, qu'il y a quelqu'un qui a frappé à la porte... qui sait ?

En tout cas, toi, tu as frappé à la porte des doux rêveurs... je crois que ta place t'attendait.

Sois-y la bienvenue. :)


Nina Padilha 10/07/2011 11:40


Noir, noir, noir...


Quichottine 08/01/2011 19:26


Si beau texte...

Crois-tu que si je t'apportais juste une pilule de sourire et une de rêve, tu pourrais être moins fatiguée ?

Il faut que je prenne le temps... tu attendras que je revienne, dis ?


Swann 04/08/2009 14:54

Encore, encore et encore bravo pour tes mots, tes personnages et l'harmonie de l'ensemble. Bonnes vacances et que ce blog s'enrichisse plus encore dans les semaines à venir.

anny delchambre 16/07/2009 20:33

et dire que lorsque nous avons vu, au cours de peinture, ton tableau nous avons traité cette femme d'ivrogne. Je la vois tout à fait autrement à la lecture de ton histoire, bien triste et qui résume en quelques lignes bien des drames d'une vie "foutue" Nous aurions pu le remarquer sur les traits que tu as peint.Tu as beaucoup de talent; je le savais déjà par tes tableaux mais tes textes sont des plus intéressants Au fait, écris-tu après avoir peint ou as-tu une idée d'histoire en tête et fais-tu le tableau en fonction de cette dernière? encore bravo (j'ai lu plusieurs histoires avec grand plaisir) une compagne du cours de Karine

aimela 03/06/2009 13:17

Bienvenue sur over-blog, c'est un plaisir de te trouver ici avec tes beaux textes et tes oeuvres de peintures. J'ai ajouté ton lien sur mon blog . Bises

ammann 02/06/2009 11:45

Je me réjouis que tu te sois décidée à ouvrir un blog pour y glisser tes merveilleux textes. Je connaissais déjà ceux-ci mais rien ne m'empêche de les relire et de te féliciter à nouveau ainsi que des tableaux (personnels ?) qui les accompagnent. Bises. cloclo