Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le temps des cerises

Ainsi te voilà vieille,
ma tendre tourterelle,
errant dans les ruelles,
marmonnant, chantonnant,
la mémoire en déroute,
et parfois me parlant :
"dis-moi mon cher amour, dis-moi que je suis belle".
 
Mon pauvre épouvantail
dans de vieilles dentelles,
de tristes cheveux rouges,
un chapeau rutilant…
Dans la masse de tes boucles, mes mains, en tremblant
cherchent encore la tiédeur de ton cou de gazelle.
 
Me voilà sous la terre
et fantôme sans os, mon ombre te suit
sans prendre de repos.
Je parle dans le vent qui hante ton esprit.
 
Te voilà maintenant à la fin du chemin…
N'empêche, écoutez tous !
écoutez, nom d'un chien !
Nous les avons cueillies, les roses de la vie !
 

.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Belle variation ronsardisante !
Répondre
A
Moi je retiendrai surtout ce qui me semble le plus important « nous les avons cueillies, les roses de la vie « <br /> C est cela qui nous empêchera d avoir une vieillesse amère. Si nous avons su cueillir les roses et savourer les cerises de notre vie, alors celle-ci nous permettra de continuer à apprécier toutes les saisons qui nous attendent encore.
Répondre
M
...qu'importe le temps, il nous reste les souvenirs, gardons les plus heureux!<br /> Bises du jour<br /> Mireille du sablon
Répondre
Q
Aujourd'hui, demain... il restera encore des choses à partager, je l'espère.
Répondre
M
Continuons à cueillir les cerises !
Répondre
M
Amer en effet. Mais, à l'automne de la vie, on remplace les cerises par les pommes ! ;-)
Répondre
M
Soyons optimistes, il y a encore quelques petites roses à cueillir !
Répondre
N
Eh oui... Chemin faisant, on arrive bientôt au bout de tout...<br /> Bizzz
Répondre
M
Tellement émouvant cet amour qui transparait envers et contre tout...
Répondre
C
Oui, nous les avons cueillies et elles sont bel et bien en train de faner. Nous avons aussi cueilli des cerises que, par paire, nous accrochions à nos oreilles; ici elles ornent délicatement le chapeau. Belle compo.
Répondre
D
Il est très triste ton poème, mais en fait c'est la vie, heureusement que Piaf a chanté la vie en rose!<br /> Bonne journée
Répondre
J
Bonjour Emma, c'est excellent !<br /> À la fois triste et rassurant : on n'a pas oublié de vivre !<br /> Et j'ai bien aimé l'allusion au fantôme sans os de Ronsard - tout a été écrit ? - Mais non, pas plus que toute musique n'a été composée !<br /> Et je résiste pas à le citer, le "verd galand", aussi prétentieux que Corneille sur le même sujet - que Brassens a d'ailleurs brocardé :<br /> <br /> Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle,<br /> Assise auprès du feu, dévidant et filant,<br /> Direz, chantant mes vers, en vous émerveillant :<br /> Ronsard me célébrait du temps que j’étais belle.<br /> <br /> Lors, vous n’aurez servante oyant telle nouvelle,<br /> Déjà sous le labeur à demi sommeillant,<br /> Qui au bruit de mon nom ne s’aille réveillant,<br /> Bénissant votre nom de louange immortelle.<br /> <br /> Je serai sous la terre et fantôme sans os :<br /> Par les ombres myrteux je prendrai mon repos :<br /> Vous serez au foyer une vieille accroupie,<br /> <br /> Regrettant mon amour et votre fier dédain.<br /> Vivez, si m’en croyez, n’attendez à demain :<br /> Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie.
Répondre
G
" Elle a des cerises sur son chapeau la vieille,<br /> Elle se fait croire que c'est l'été....." (Michel Sardou)<br /> Merci pour pour ce joli poème, pour moi tout ce qui est triste est beau...<br /> Bonne journée Emma !!!
Répondre
J
Les roses de la vie et le temps des cerises... ,-) ça passe, mais chaque âge trouve encore de la beauté, avec quelques artifices ,-)
Répondre
A
Tellement tendre et émouvant mais il a existé cet amour, et je la trouve belle, cette tourterelle, belle de tout cet amour, tout fané qu'il soit.
Répondre
E
J'adore et le dessin et le poème, amer il est vrai, très très amer. On en voit pourtant, de ces vieilles jeunes ou de ces jeunes mal vieilllies, un peu ridicules, cherchant le reflet de la femme adorée qu'elles furent un jour...
Répondre
M
Aujourd'hui je préfère la chanson, je trouve ton poème tellement triste !
Répondre