Tentation

  • alinea
  • contes

pour les impromptus littéraires

 

Galerie

 

De toute la journée, c'était cette heure du milieu de l'après-midi que préférait Frère Balaguère. Celle où enfin il était seul et non contraint à offices ou travaux.

Comme les autres moines, il en profitait pour déambuler dans le cloitre en marmonnant des prières.

Ombre, lumière, ombre, lumière.

Lumière pétillante, triomphante, douce, ou piquante selon les saisons.

Ombre, lumière, ombre, lumière.

Seigneur, donne-moi la force de ne pas étrangler  frère Blaise qui nous réveille pour Matines.

Aide-moi à ne pas rire quand le vieux frère Benoit lit les psaumes de sa voix de soprano, à ne pas soupirer quand le maladroit frère Paul saccage son ouvrage.

Ombre, lumière, ombre, lumière.

Et dans la dernière ombre :

 Seigneur, aide-moi à ne plus penser à elle.

Mais depuis quelques semaines, un trublion était venu troubler sa pieuse promenade. Chaque fois que Balaguère passait dans la lumière, il voyait s'agiter dans la cour  ce grand escogriffe de Garrigou, le simple d'esprit que le père Augustin avait plus ou moins recueilli en échange de menus travaux.

Impossible de se concentrer sur la prière.

- Balaguère, criait Garrigou, viens donc à la pêche avec moi ! Les truites sont agiles dans le torrent qui chante…

Ombre.

- Balaguère, nous ferons des ricochets, comme quand tu étais môme.

Ombre.

- j'apporterai des brioches dorées, encore chaudes.

Ombre.

- nous nous baignerons.

Ombre.

- tout nus !! ah ah ah !!!!

A la fin il n'y tint plus, et alla se plaindre à  Augustin, le père supérieur.

- Mon père,  je vous prie de bien vouloir demander à Garrigou de ne plus troubler la méditation.

- que dites-vous,  frère Balaguère ? Aucun de nos frères ne s'est plaint de la moindre facétie de ce brave Garrigou !

- mais il n'arrête pas de crier !

- Cette plaisanterie est indigne de vous, frère Balaguère ! Ne me dites pas que vous ne savez pas que Garrigou, ce pauvre enfant, est muet de naissance !

Alors  frère Balaguère sut qui était Garrigou.

 

et on retrouve Garrigou ici (clic)

 

Gérard 14/07/2016 21:32

...tu ne succomberas pas à la tentation...dit-on.

Jeanne Fadosi 26/12/2014 17:20

court et efficace emma. Sûr qu'Alphonse Daudet apprécie du haut de son moulin dans le ciel

Domidel 31/03/2012 13:58

Diable, quelle imagination ! je me régale, conte après conte... je vais avoir une indigestion, mais c'est si bon !

Lorraine 24/10/2011 11:26


Je n'avais pas lu ton texte sur "Les Impromptus" mais je le découvre ici, excellent. Vraiment excellent. Tu as parfaitement campé les personnages. Le démon a bien des ressources...


m'annette 23/10/2011 16:25


ta fable est une porte ouverte à la réflexion..
bises du dimanche


sophie 23/10/2011 08:31


Superbe conte Emma, merci et beau dimanche.


Solange 23/10/2011 04:15


C'est vrai qu'on aimerait une suite. Il n'y a pas de sujet à ton épreuve, bravo.


Nina Padilha 22/10/2011 11:47


Ah ! La salsa du démon !
De bons souvenirs de cette époque !


Mony 22/10/2011 11:16


Et comment va-til réagir à cete découverte. Diable, le duel va être dur pour ce pauvre balaguère !
J'aime cette répétition scandée comme une prière d'ombre et de lumière. Merci pour la vidéo que je découvre.


libre necessite 22/10/2011 09:46


Tu es bien d'accord avec moi... ce texte ne peux s'arrêter là. Alors la suite? Bises Dan


Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog