Prophétie

Publié le 28 Mars 2010


GOUTTENoël 3000 arrivait.

Mais peu  le savaient, à part quelques férus de calendriers anciens.

L'humanité l'avait échappé belle !

À la moitié du millénaire précédent, pour ramener l'ordre en ce monde pourri, le grand prophète avait pris le contrôle de Google et il y disait  en boucle ceci : l'Éternel fit tomber sur Sodome et sur Gomorrhe une pluie de soufre et de feu ; ce fut l'Éternel lui-même qui envoya du ciel ce fléau. Il détruisit ces villes et toute la plaine, et tous les habitants de ces villes. Personne ne comprit, mais tous prirent peur, habitués qu'ils étaient à ne vivre que sur et par internet.

En 3000 la lucidité régnait. Les hommes avaient enfin rompu leurs dernières chaînes : la crédulité et l'illusion.  Cela n'avait pas été sans quelques réticences au cours des siècles, mais enfin ils avaient aboli les inégalités, et les tentations décadentes, comme le goût du plaisir.  Ils avaient jeté au bûcher les idoles, et la fantaisie. Renier l'argent avait été l'étape la plus douloureuse.

Plus de sans logis dans les rues pleines de gens gris, identiquement vêtus, créés en éprouvette, et imprégnés de l'inanité de la vie. Plus de jours fériés, de fêtes rappelant les mœurs archaïques. Plus de vitrines non plus, les magasins du peuple distribuant régulièrement le strict nécessaire dans chaque foyer : macédoine de légumes sans sel, et poudre protéinée.

Seule la musique dodécaphonique avait encore droit de cité, car elle ne véhiculait aucune connotation festive ni n'éveillait la moindre émotion. Deux programmes en alternance à la télévision : le soulier de satin, et Alexandre Nevski. La voix du prophète en boucle à la radio.

La couche d'ozone avait commencé à se refermer. Tous enfin égaux et en paix. Etale.

Sauf que, précisément ce 24 décembre 3000, dans une île du Pacifique qu'on croyait inhabitée, une petite tribu paillarde et joyeuse décida de mettre les radeaux à la mer pour aller voir où plongeait le soleil.

Rédigé par alinea

Publié dans #société

Repost 0
Commenter cet article

Russalka 04/04/2010 10:15


Abolir le plaisir, quelle tristesse, ton conte fait froid dans le dos... Pourvu que cela n'arrive jamais ou du moins
que les humains sachent apprendre la mesure, l'équilibre, la générosité et une certaine abstinence qui st et reste joyeuse...


sophie 04/04/2010 08:26


Noël 3000, j'aurai 152 ans...Allez, je continue ma petite vie sereine au milieu des miens,de mes fleurs et de mes oiseaux (sourire).
Sophie


Solange 28/03/2010 20:43


C'était justement la question que je me posais. Je suis bien heureuse de vivre à mon époque.Bon début de semaine.


aimela 28/03/2010 12:07


Y a t il une suite à ton texte ? J'aimerai savoir si la petite tribu va dérider tout ça. J'espère ne pas être encore là en l'an 3000 s'il n'y a plus rien pour nous amuser( rires)Bises