Petite fleur

picasso-pablo-fleurs-et-mains-petite-fleurs.jpg

Oserai-je ?

 

Oserai-je, en ce lieu distingué

vous conter

cette histoire de fleur

qu'hier en butinant 

(telle Maya l'abeille)

je lus ?

 

Vous la conter, je n'ose…

Le mysotis et puis la rose

ce sont des fleurs qui disent quequ'chose,

je pourrais vous choquer,

qui sait vous chagriner,

car, Dieu que les roses sont belles…

Une fleur, c'est comme un bébé

On n'en peut mal parler.

 

Allez je me jette à l'eau.

Inutile plus longtemps

de tourner autour du pot

(de fleurs).

 

Non Léa, Pablo n'avait pas

quatre ans et demi

quand il a peint ces fleurs.

Tu comprendras plus tard

que qui vend des millions

le moindre postillon

lancé sur un coin de nappe

est définitivement incontestable.

On n'en peut mal parler.

Comme des fleurs ou des bébés.

Et d'abord tais-toi quand je cause.

 

Je ne peux tout de go

Vous conter la chose

Que je lus hier,

à propos d'une fleur.

Fermez d'abord les yeux,

plongez-vous dans ce temps

que les moins de vingt ans,

adeptes des contorsions solitaires,

n'ont pas connu.

Celui des slows langoureux…

 

Il y a un demi-siècle,

l'un d'eux a fait chavirer la planète.

"Petite fleur", de Sidney Bechet.

Provoquant subséquemment

une vague de natalité inégalée.

Si ce n'est toi, c'est donc ta mère,

ou ta grand-mère, mais

parce que l'une d'elles

était fleur bleue,

beaucoup de nous lui doivent la vie.

 

Or donc il faut que je vous dise,

ce qu'hier, à son propos,

je lus.

L'inspiration, vous le savez,

frappe quand elle veut

où elle veut,

et il faut l'attraper au vol

avant qu'elle ne s'enfuie.

 

Sidney the king

En fut saisi un jour

qu'il se trouvait en des lieux

que l'on dit parfois "d'aisances"

alors qu’ils sont souvent fort étroits.

Bref, il se mit à crier :

"femme !"

(car c'est ainsi qu'on doit parler aux femmes)

Femme, apporte-moi illico

Mon saxo.

 

Pantalon sur les talons,

installé sur le trône

il saisit son saxophone,

et composa alors

une des plus belles mélodies de tous les temps

 

A quoi tient ton existence, Léa !!!

 

 

(même que c'est vrai, Google l'a dit )

pour Miletune 

(les redifs de l'été)

 

La Vieille Marmotte 12/08/2017 07:14

Merci Emma J'adore ! https://scribium.com/corinne-vomscheid/quelle-est-la-difference-entre-le-corbeau-et-la-corneille-8vq2sj
http://leblogdelavieillemarmotte.over-blog.com/2017/07/dieu-que-les-corbeaux-ont-une-voix-desagreable.html

Kri 08/08/2017 09:20

Mais que ce texte est beau! ♥

les Caphys 28/07/2017 08:24

incroyable histoire que je ne connaissais pas. Et merci pour la musique qui l'accompagne

eMmA MessanA 21/07/2017 17:29

Vraiment, EXCELLENT, ce billet. Et en plus, quelle révélation (si google ne ent pas) !!
Merci tout plein.

tilk 20/07/2017 23:59

j'aime....
tilk

aimela 20/07/2017 09:10

Trouver l'inspiration dans un lieu où cela ne sent pas la rose faut le fairev mais si google le dit c'est que c'est vrai ( rire) je ne connais pas la chanson

Adrienne 19/07/2017 17:01

sans blague?
;-)

Michèle 19/07/2017 15:24

A quoi tient aussi la notre d'existence ! Bravo Emma pour ce poème

almanito 19/07/2017 13:39

Le burlesque ne doit nous faire oublier le rythme et la beauté de ce poème. Comme je ne connaissais pas l'anecdote, j'ai eu peur quelques seconde qu'il n'ait, depuis son trône, appelé... "Emmaaa!"

Quichottine 19/07/2017 11:19

Même et surtout si c'est vrai, j'ai bien ri.

Merci pour cette nouvelle publication d'une page que j'ai adorée.
Bises et douce journée.

jill bill 19/07/2017 11:07

Oh ben mince alors... ;-)

Carole 23/04/2012 19:45

Je suis allée sur ton lien... c'est très intéressant, cette histoire, je trouve. On pourrait réfléchir longtemps sur la façon dont le cerveau d'un artiste transmue... tout ! Alchimie...
Carole

monicalisa 22/04/2012 19:04

C'est magnifique, bravo à vous ! Une belle envolée, un joli rythme, j'ai adoré !

bonne soirée !

cathycat 18/04/2012 20:13

Il y a des détails qui tuent !... mais l'inspiration c'est sacré... Bisous

Jackie 17/04/2012 11:07

Superbe. Merci

Les créations florales de Pascale 15/04/2012 23:02

J'adore ! Bises en passant. Pascale

Carole Chollet-Buisson 12/04/2012 12:08

Emma, j'avais lu ton poème si fin sur le blog "Miletune".
Je voulais te dire aussi que j'aime énormément ton texte libre adressé "Au Passant égaré", tu y résumes des réflexions que je me suis souvent faites en constatant avec stupéfaction par quels
mots-clés on ouvrait les portes de mon blog...
Bonne journée,
Carole

Marc LefrançoisJe 12/04/2012 09:46

J'adore ce genre d'anecdote! J'ai bien envie de te la piquer pour mon blog!

Jeanne Fadosi 11/04/2012 12:19

j'imagine ce lieu de toutes les inspirations ...
il n'empêche que Petite fleur restera inoubliable, je l'espère
bises

jill-bill.over-blog.com 11/04/2012 11:46

Oui en effet à quoi tient.... La muse ne choisit pas son heure, elle se fait à tous les lieux... Jill

Lorraine 07/04/2012 18:17

Peut-être Google aurait-il mieux fait de se taire? J'aime bien garder mes idoles telles que je les imagines; cela ne m'empêchera pas d'adorer "Petite fleur" ni d'applaudir ton texte à deux mains.
Et joindre Mouloudji à ton bouquet me rappelle cette voix qui savait si bien chanter l'amour! Merci, chère alinea

mansfield 05/04/2012 19:58

J'adhère à cette idée, l'idée surgit au moment où on s'y attend le moins....

Franquie 05/04/2012 19:07

J'aime beaucoup et c'est vrai que plus jeune j'écoutais beaucoup de Sydney Bechet et Django et puis tout le jazz des année 50, count basie, glenn Miller et puis après Keith Jarrett etc
Sur le blog de mon club de peinture Mick écrit aussi des poéme sur la peinture
http://artistanoe.over-blog.fr

Martine27 04/04/2012 19:02

Délicate anecdote !

Solange 04/04/2012 14:37

L'inspiration n'a pas toujours besoin d'un beau décor.Amusant ton texte.

Quichottine 04/04/2012 13:08

J'étais avec Mouloudji alors que je continuais ma lecture...

J'ai adoré.
Merci pour cette envolée burlesque.

Je ne savais pas pour Sydney... Comme quoi, il faut se méfier, Google sait tout, ou presque. :))

Bises et belle journée.

valdy 04/04/2012 10:40

Peut-être appliquait-il la "maxime bouddhiste" qui voit la pureté même là où elle est inconcevable à l' exemple de la fleur de lotus qui nait dans les marécages où bien était-il baudelairien, en
faisant éclore la beauté de la fange... Qui sait ?
A moins qu'il n'ait, en précurseur, passé un temps considérable en ces lieux incontournables et de plus en plus côté dit-on ...
http://www.ballajack.com/augmentation-temps-passe-toilettes-image-drole
PS : j'aime le burlesque plein de poésie de cet écrit :))

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog