Le sommet de l'évolution

  • alinea
  • burlesque

evolution.jpg

           J'te l'dis, l'homme est pas fini. La femme non plus, même si globalement elle a l'air plus finie que l'homme. Déjà, elle, elle a presque plus de poils. Un truc que je me demande c'est pourquoi on a gardé les poils du gorille et pas les écailles des dinosaures.
 Quoi, tu t'en fous ?

De toute façon, l'homme n'est pas fini. Ça veut dire qu'on va encore se transformer. En quoi, on sait pas encore, mais les savants prévoient qu'on va avoir la tête encore plus grosse, mais plus de mamelles.

Ouais, ça, c'est dommage. 

On croit qu'on est le "sommet de l'évolution", c'est faux. Si monsieur ! Je l'ai entendu à la télé, chez ma belle mère. Elle regarde que des trucs chiants, tu sais, le genre d'émission où tu gagnes un dico si tu connais le nom et la date de naissance de tous les ministres de Louis XIV.

Le sommet de l'évolution, tu parles ! T'as vu la tronche des mecs, ici ? Ya comme une  descente d'ascenseur, dans certains cas, j' crois bien.

 OK, c'est pas non plus un tri sélectif qu'ils ont fait, les keufs. Ils ont ramassé tout ce qui trainait sur la scène de crime, et au delà, même.

Toi, j'sais pas, mais moi j'étais là par pur hasard.

Il se foutait de notre gueule, le rambo : "allez, les innocents, veuillez monter dans le fourgon de police". Ça faisait rigoler le médecin urgentiste qui ressuscitait les morts sur le trottoir.

Au fait t'as pas remarqué ? Ça me revient maintenant,  y'avait un bébé dans une poussette, tout seul,  qu'avait l'air de pas être réclamé.  Si ça se trouve, c'était un faux bébé, et il était piégé. Une bombe dans sa couche culotte !

C'est quoi qu'est marqué sur l'affiche du fond ? ça doit être pour éduquer les flics : " le-chêne-cent-enaire de Saint-Sauveur-en-Puisaye. Il a vu jouer la- petite -Colette."
Tu parles d'une info ! Ça me rappelle les paroles d'une chanson de mon père ; au pied de mon chêne, je vivais heureux. Ou un truc comme ça
L'a jamais été heureux, mon vieux. Dans son vieux pardessus râpé, l'hiver, l'été ! Mais tu vois, c'était pas la misère. L'été, on allait voir la mer... Une journée !  En bus ! Grâce au Lyons club.

C'est con, j'avais pas mal travaillé ce matin, dans le métro : de la tune, trois appareils photos, un collier en toc et même une montre à gousset. Ça vaut un max, ces vieilleries.

Et toi, tu bosses où?

- Dis donc connard, tu vas la fermer ? y'en a qui veulent dormir, ici !


 


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

reinette 17/02/2010 09:32


eh ben dis donc, c'est super marrant. j'ai bien aimé.
où est-ce que je bosse?
un peu partout. dès fois je me fais bousculer mais souvent c'est moi qui bouscule.
à la revoyure


Aimela 17/02/2010 09:06


Je ne sais pas si cela vient que je ne suis pas encore réveillée mais je ne comprends tout dans ce texte. Qui parle et à qui ?

Bises


Solange 17/02/2010 01:25


Le commentaire présédent est de moi, je ne comprend pas pourquoi il est signé de mon mari, mais je travaillais sur son ordi.Solange


Normand 16/02/2010 20:41


Eh bien ça promet, un autre beau texte. J'aime beaucoup.


Lotjea 16/02/2010 15:37


Bien trouvé, j'ai adoré ce texte.
Bisous


Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog