le major s'est fait avoir...

pour les impromptus littéraires

 

19.jpg

 

 

 

Maintenant qu'il avait quitté l'armée des Indes,

le major Cunningham s'ennuyait sous la pluie

dans sa maison d'Ecosse, en un lieu désolé.

Le soleil du Pendjab avait rôti son cuir.

Son jarret était ferme sous le kilt à carreaux.

Il portait beau encore, à soixante ans bientôt,

sémillant retraité, à la bourse hélas plate.

Le peu d'émoluments versés par la patrie,

pour jouer au polo sous un soleil de plomb,

ayant fondu aux dés, dans des lieux mal famés,

quand, les soirs de spleen,  il fuyait l'harmonica

qui jouait " bonnie doon"  sous le grand mouroungue.

….

Or voilà qu'un sien oncle, baronnet de surcroit,

venait de trépasser, le faisant héritier

d'un château sur le loch, d'un fantôme certifié

et de douze mille acres de bonne lande à renards.

L'occasion était belle. Hélas le vieux retors

précisait dans un codicille que ce beau leg

était soumis à une condition absolue :

faute de descendant mâle  dans l'année qui suivait,

le major verrait passer sous sa rousse moustache

le château, le fantôme, et les landes à renard.

Lesquels iraient grossir illico la cagnotte

du club des vétérans du Blandish pipe band.

….

Sacrée canaille, tonton Archibald, dit le major

ébaubi de tant d'exigence !  Ce délicat

qui se vêtait  de soie, de plumes et de dentelles !

Que n'a-t-il pas lui-même assuré sa lignée !

Pourquoi donc lui fallait-il, par procuration

assouvir, grâce à moi, sa postéromanie ?

….

Le major avait pu,  toutes ces décennies,

échapper à l'hymen et l'ennui qui s'ensuit,

au sentiment qui amollit le caractère.

Il n'était pas homme à  s'enticher à la  légère

Pour devenir  très vite un  chapon engraissé,

d'une de ces péronnelles en jodhpur et cravache

cornaquée par sa mère dont elle aurait sous peu

le visage peu amène  et la voix de crécelle.

….

Déboussolé et tourmenté par ces pensées,

le major envisagea de confier la tâche

de recruter  promise à sa voisine Beth,

une veuve encore verte, férue de tea parties.

Elle lui tournait le dos, occupée qu'elle était

à planter des tulipes par devant son cottage.

Il ne l'avait jamais vue sous cet angle-là,

la trouva callipyge. Sa croupe rebondie

Lui parut recéler des promesses génésiques

Etonnamment, scandaleusement, sous-employées…

....

 

Légèrement surprise d'une flamme si soudaine

La dame cependant consentit  à l'hymen.

A peine mariés, les voilà à la tâche !

Elle voyait déjà sa future roseraie,

Et lui criait "taïaut",  en pensant aux renards…

Quatorze jours avant la date fatidique,

Dame Beth mit au monde deux jumelles dodues.

Le pauvre Cunningham qui n'aimait que sa pipe

Se retrouvait nanti de trois femmes d'un coup.

Le Blandish pipe band vint leur faire une aubade.

on le sait : "If anything can go wrong, it will !"

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

lecroum 07/05/2011 17:37


j'y connais pas grand chose en peinture , mais j'aime bien l'harmonie , les couleurs et la restitution de celui ci ; à bientot Emma...


Armide+Pistol 05/05/2011 02:04


Les poupées gigognes ont des tiroirs à rallonge


Martine27 01/05/2011 15:26


Et il n'a pas le droit à une session de rattrapage ?


valdy 01/05/2011 15:12


Mais...ce blog est formidable. Comment ne l'ai-je pas vu plus tôt ?!
Je reviendrai, ce major pique ma curiosité.
Amicalement, Valdy


louvopale 30/04/2011 12:15


Sacrés Ecossais ! Un pur et dur celui-là ! Alors, va-t-il se laisser tenter ?
On attend la suite avec impatience.
Amitiés


Annick SB 30/04/2011 11:31


Effectivement Emma, il va falloir que tu nous concoctes une petite suite ... Leur noce par exemple, il parait que c'est de saison outre-manche !!!


aimela 30/04/2011 10:14


Voilà, il a trouvé, il ne reste plus qu'à faire maintenant et à lui le château et ses fantômes ( rires)


Martine27 30/04/2011 08:53


J'espère qu'il y a une suite !


Nina Padilha 30/04/2011 06:41


Une moitié toute trouvée ! Hi hi hi !
Les héritages, un temps, étaient soumis aux volontés ante mortem du défunt.
Ce n'est plus le cas de nos jours. Ouf !


Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog