le lit de Mémé

le lit de Mémé
 
Oncle André tapote la table de sa main
et dit : "ça suffit ! On ne peut plus attendre !
Les pelleteuses du chantier sont au bout du jardin.
La maison de Mémé, il a fallu la vendre.
Nous devons maintenant au plus vite la vider.
Qui sait, la vieille aura, quelque part dans un pot
sous des haricots secs caché quelque magot ?"
"C'est moche de parler comme ça de Mémé "
proteste Tatie Nouche.  " Mais sans doute pourrait-on
de meubles si anciens retirer un bon prix ?"
"Comme bois de chauffage ", reprend le bon Tonton
"Aucun d'eux n'a de style, ce ne sont que vieilleries.
Bien contents encore si Jean le chiffonnier
veut bien gratuitement nous en débarrasser.
Qui donc voudrait  encore de ces monstres de bois ?
On veut du net, lavable et du pin suédois...
 
Il est là, arrimé, pour son dernier voyage,
comme un vaisseau errant qui n'a plus d'équipage,
le haut lit de Mémé, tout en haut du camion…
 
J'y ai dormi une nuit, du moins j'ai essayé,
avec ma cousine Eve après sa communion.
Elle s'amusait, vilaine, à me terroriser,
Les fantômes disait-elle, revenaient se coucher
sous l'énorme édredon avec leurs pieds glacés.
 
J'ai vu  défiler les défunts endimanchés
Couchés tout droits, et dignes, tels qu'en leur vie ils furent,
des roses épousées, en chemise de guipure.
"Fermez les yeux, et puis pensez à Dieu, Pauline… "
J'aime à croire qu'il y eut aussi quelques coquines
qui laissèrent leur Auguste perplexe et soupçonneux…
Et puis des bébés ronds hurlant à pleins poumons,
des bébés longs et blêmes, qui gisaient sans rien dire,
dans des mares de sang sur les draps empesés.
 
Il est sur le camion, le grand lit de mémé
Il emporte notre histoire avec tous ses secrets.
Et tandis qu'il s'éloigne, je crois  voir voleter,
dans le pâle soleil, des ailes argentées.
Ce sera sans doute quelque  duvet léger
Que les gros édredons y ont abandonné…
 

almanito 24/09/2016 10:03

C'est si triste de vouloir vendre son âme contre du bois suédois...Pauvre lit renfermant l'histoire d'une famille, souvenirs trop "encombrants" dont on croit se libérer.

J'aime ton poème Emma, et aussi la photo de la plume, si douce et fragile.

Michèle 24/09/2016 09:29

Magnifique Emma.

M'amzelle Jeanne 04/12/2012 15:34

En effet.. entendre une voix qui lit ce joli poème est une autre dimension !! Tu as une belle diction.. et le ton est mis... Bravo c'est vraiment très bien! Très heureuse et merci pour ce moment
différent !
Bonne soirée et bisous de Jeanne

M'amzelle Jeanne 04/12/2012 14:41

Merci de m'avoir donné ce poème qui me comble et réponds bien agréablement.. au devenir d'objets inanimés. En fait, je ne suis absolument pas triste.. ce n'était qu'une réflexion!
Au plaisir de te lire encore Je t'embrasse.
Jeanne

jill-bill.over-blog.com 17/02/2012 10:19

Tu me rappelles celui de mon grand-père quans il est entré en home et que la famille s'est partagé ses biens, ses quelques meubles fait de sa main et même de celle de son père, tous menuisiers
ébénistes... Pour moi des "viseries" comme on dit à 15 ans... Merci Emma

Martine27 17/02/2012 09:37

Tu me remets en mémoire l'édredon de mon arrière-grand-mère, la première chose que je faisais en arrivant chez elle (après le bisou de bonjour) c'était filer me jeter dessus. Il est maintenant chez
ma mère !

Mony 17/02/2012 09:37

C'est doux et triste à la fois. S'arracher aux vieux objets est parfois un déchirement, parfois une simple nostalgie.

Tit'Anik 18/10/2010 19:59


Un bien joli lit qui sent bon les souvenirs
Bisous


sophie 18/10/2010 16:45


Que c'est beau Emma, cette histoire m'émeut...J'ai si souvent dormi dans le lit de mémé.


Soledad 17/10/2010 20:58


Un petit coucou du terroir Breton,
ici il fait bon,
un petit rayon de soleil encore bon
pour te souhaiter une bonne nuit.
Et oui, il y a des pages d'histoire qui se tourne
parfois comme cela...
J'espère que tu vas bien quand même.
Bisous


Fanal Safran 17/10/2010 18:24


je reste le souffle coupé par cette plume qui vole au dessus du Lit .. nous avons tous un lit ainsi qui quitte l'histoire de la famille. Une page qui tourne, un drap de lit en moins.
Emouvant


Solange 16/10/2010 15:22


Que c'est beau! Je le vois ce lit avec toute son histoire.Très beau texte.


Nina 16/10/2010 11:16


C'est magnifiquement décrit !
Je t'admire, ma belle.
Un grand bravo !


aimela 16/10/2010 09:30


Que d'histoires, de secrets, de vie, de morts aussi dans les lits des grands parents, une époque qui s'en va, on n'y nait et n'y meurs plus . Très joli texte Emma, bises


Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog