ligne de touche

 

pour les impromptus littéraires

 

aaaaa.jpg

 

       Au bout du bout du fil du rasoir il bascula, et vit alors le loup garou qui regardait le match à la télé, assis sur le canapé à la place de son père. Il avait les phares phosphorescents des chats maléfiques. A chaque but il émettait des borborygmes aquatiques.

La voix dit : "tue le".

Alors il se leva doucement pour ne pas attirer l'attention de la sorcière qui téléphonait dans l'entrée, et gagna la cuisine en rasant les murs.

Ils n'étaient plus là ! Cette vieille salope de sorcière avait caché les couteaux.

 

La voix ne lui était d'aucune utilité parce que maintenant elle récitait "le corbeau et le renard".

"Ta gueule" dit-il.

Mais elle enfla pompeusement : "cette leçon vaut bien un fromage".

Alors il hurla "et moi, je fais quoi, maintenant" ?

Il entendit un remue-ménage dans le salon. Il attrapa un petit éplucheur à légumes. Dérisoire, mais il suffisait de bien viser les phares.

 

"Lâche ça, Eric" dit le loup garou, qui à présent dégoulinait de bave blanchâtre. Ça va aller, mon grand, tu vas prendre ton cachet."

Il leva le couteau, mais la sorcière  saisit son bras par derrière et le fit tomber sur le canapé. Le loup garou s'assit sur lui et lui tira la tête en arrière.

" Prends ton cachet mon chéri " dit la sorcière avec la voix gentille qu'avait sa maman.

Alors il avala.

 

" Qui mène à la mi-temps ? " dit-il aux deux brebis qui bêlaient à côté de lui.

Mais c'était bien pour leur être agréable, parce qu'il s'en foutait complètement. D'ailleurs il dormait déjà.

 

Christian 16/03/2013 16:42

Bonjour Emma

Merci pour ton passage. Déjà rempli à ras bord de contacts avec qui je corresponds, je n'ai guère la possibilité de commencer une correspondance régulière avec toi. Je le regrette, car les
histoires que je viens de lire m'ont révélé un talent remarquable. Je vais juste te donner mes impressions sur quelques unes.

Dans celle ci, je retrouve Edgar Poe, son côté sombre et la désespérance de l'individu qui n'est pas maitre de son sort. Le récit est intense, prenant et superbement dense.

Je suis conquis.

Cordialement

Christian

Pascale Madeleine 21/02/2013 13:22

Ben... Moi je suis morte (pas à cause de l'épluche légume) de rire ! Et je n'ai pris aucun cachet !!!

louv' 19/02/2013 18:00

A mon avis, le "chéri" aurait du avaler son cachet bien avant de sombrer dans ce délire :)

Carole 17/02/2013 22:37

Ton texte souligne bien cette violence animale et extrême qui se cache dans nos vies "civilisées". Le culte de la compétition en est le parfait exemple, et du sport tel qu'on nous l'impose
aujourd'hui il y aurait beaucoup à dire.

flipperine 17/02/2013 11:43

quelle histoire

Quichottine 17/02/2013 11:32

Euh... tu es sûre qu'il fallait tout lire ?
Je vais faire des cauchemars, moi...

Mony 17/02/2013 10:23

Fort et douloureux ! Vraiment on n'en sort pas indemne de cette lecture...

jill bill 17/02/2013 07:38

Oups alors !!! Merci emma !

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog