Karma

 

pour les impromptus littéraires, sur cette musique (clic), 

 

( le même groupe  ci-dessous en spectacle live, avec une qualité de son médiocre )

 

 

 

 

Le vent tremblant dans les trous du roseau

raconte mes vieilles vies

accroupies

dans les herbes rêches de la steppe d'Asie,

sous le ciel glacé piqueté des étoiles

qui virent mes vieilles vies

courbées

sur le flanc du vieux Picchu,

dans la brume flottante du mirage

de mes vieilles vies errantes

au pas lourd du tambour derrière la dune.

 


valdy 01/11/2012 22:07

De la poésie d'Emma, comme la gelée royale ... Encore !

Suzâme 27/10/2012 16:47

Laisser son imagination, son âme voyager, parcourir des lieux inconnus, habiter un autre corps plus âgé, attentif au vent, à la brume, à l'aurore... plutôt poétique au lieu de "vaguement". A
bientôt. Suzâme

Solange 25/10/2012 00:32

C'est un très beau poème et durant la chanson je me disais il ne manque que la danseuse, et elle est venue après.

Quichottine 24/10/2012 11:49

J'imagine bien la brume et le pas lourd du musicien.

Passe une douce journée. Merci pour ce très beau texte.

flipperine 24/10/2012 11:30

que de messages il transporte le vent

jill bill 24/10/2012 09:39

Je découvre, merci Emma

Nina Padilha 24/10/2012 09:23

De quelle origine, le groupe ?
Bisous !

armide+Pistol 24/10/2012 07:18

Les paroles et la musique s'unissent en un seul chant.

Carole 24/10/2012 07:12

Toutes les Indes, alors...

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog