Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cape cod

pour miletune, sur une peinture de E Hopper

  36135 Light at Two Lights f

 

Cape Cop, 18 avril.

La maison de l'horreur.

 

Les ouvriers chargés de la démolition de la maison du phare ont fait, il y a trois jours, une macabre découverte.

On se souvient que le conseil municipal a enfin voté le mois dernier la destruction de cette maison inhabitée depuis un demi-siècle, devenue dangereuse en raison des éboulements de la falaise.

Or, dès la destruction de la façade, les démolisseurs ont été confrontés à un spectacle d' horreur. Six squelettes de femmes gisaient dans la pièce principale.

La date de leur mort ne peut pas encore être établie, mais le shérif James Ellroy et le State Marshall Michael Conelly, chargés de l'enquête, disposent cependant d'un nombre appréciable d'éléments, étant donné que vêtements, bagages, et pièces d'identité ont été retrouvés dans la maison.

Ainsi qu'en témoignent les coffrets de peinture et blocs non encore déballés trouvés dans le hall, il semble que ces femmes se trouvaient là pour participer à un atelier d'aquarelle, comme il s'en organise beaucoup dans la région.

Les victimes sont :

Helen Candy,

Onice Cortez,

Patricia Cornwell,

Patricia Mc Donald,

Elisabeth Georges,

Ruth Rendell,

toutes originaires de villes différentes, sans lien apparent entre elles, et signalées disparues depuis une dizaine d'années.

Aucune hypothèse solide ne peut encore être avancée, puisqu'aucune trace de violence ni impact de balles n'ont été trouvés ; cependant les enquêteurs privilégient la piste criminelle, en raison du fait que les portes et les fenêtres étaient toutes condamnées de l'extérieur, voire murées pour la plupart.

La peinture, seul point commun entre ces femmes, permet d'évoquer un évènement local remontant à une dizaine d'années.

D'aucuns se souviennent peut être qu'un corps criblé de balles avait été rejeté par la mer à la pointe des naufrageurs. L'évènement avait alors fait quelque bruit, puisque le corps avait été identifié comme étant celui d'Hannibal Painter, tueur évadé, recherché dans dix états. Painter était installé au motel de Cranberry où il s'était présenté comme artiste et professeur de peinture.

 

 la solution de l'énigme se trouve ici (clic)

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Bonjour Emma,

C'est brillant, bien imaginé. J'ai beaucoup apprécié. Heureusement que je ne le lis que maintenant. Un été, j'ai suivi un stage d'aquarelle dans un château près de Montauban. Brrrrr! :)

Bonne journée
Martine
Répondre
N
Gloups ! C'est angoissant, alors je n'ai pas pu m'empêcher d'aller voir la suite... Glauque, mais il valait peut-être mieux ca que d'être torturées...
En tout cas le suspens était bien là, avec une belle pointe humoristique : Hannibal Painter, tu m'as sciée ! ^^
Bises, bonne journée !
Répondre
J
Hannibal painter !!! Il fallait y penser et surtout oser ! Bravo Emma, toujours aussi innovante !
Répondre
S
Très original ton récit.
Répondre
J
les polars se passent souvent dans des lieux enchanteurs ...
belle imagination et bravo pour l'acrostiche !
tu vas faire peur à celles qui rêvent de stages de peinture ...
bises
Répondre
F
Un suspens en peu de mots voici une prouesse. Sur twitter, je m'ammuse à la "tweetérature" : écrire un roman en 140 caractères, presque du haïku! Le format de cette page de blog est très innovant
avec l'enigme à la clé. Bonne continuation (Edward Hopper a une expo au Grand Palais en ce moment) Cordialement.
Répondre
C
Painter de femmes ? Comme Hopper, après tout, qui sait si bien "tuer" ses personnages. Cape Cod est l'un des endroits du monde que j'aimerais vraiment voir, un jour...
Répondre
V
Comment fais-tu pour multiplier les genres et garder ton style ?
Dors bien Emma,
Valdy
Répondre
M
Amusant acrostiche ! Je me demandais les deux premières sont-elles aussi auteurs de romans policiers ou est-ce uniquement pour compléter le mot ?
Répondre
A
On s'y laisserait prendre. mais je suis bon public !
Répondre
Q
Macabre... mais tellement bien amené !
Répondre
M
Un bien joli coin pour une telle horreur. Comme Aimela, j'attends la suite.
Répondre
F
découverte macabre
Répondre
A
Je continue de penser qu'il faudrait une suite :)
Répondre
L
Merci pour cette excellente "chronique de presse" !
LOIC
Répondre
J
Voui lu chez Mil et Une et les noms alignés donnent Hopper... va savoir !!!! Merci Emma
Répondre