baby blues

pour Miletune, sur une peinture de Joaquin Sorola, réédition pour la fête des mères

die_mutter.jpg

Quand les cris de la princesse Fiona cessèrent, le silence un instant plomba la forêt ; puis un frêle barrissement s'éleva, et aussitôt les oiseaux se remirent à pépier, et mille bestioles invisibles à froufrouter dans les taillis.  Shrek poussa timidement la porte de la cabane. Ce petit gnome verdâtre était le plus délicieux bébé qu'il eût jamais vu : un visage de gargouille lippue, entre des oreilles qui ondulaient comme celles de Jumbo, et un adorable crâne bosselé, garni de quelques plaques de fourrure mauve…  Alors Shrek fut saisi d'un émerveillement qui ne devait plus jamais le quitter.

 Ah, tu es le plus beau…

Que tu sois bouffi, plissé, rougeaud, que tu aies le menton en galoche de Pépé Marcel, le front bas de Tante Martha, tu es le plus beau…

Tu es le plus beau, mais nous ne le dirons pas, de peur de rendre jalouses les divinités…

Tu seras un homme mon fils, si la vie t'épargne.

Tu seras un homme, et tu m'abandonneras, puisque c'est le destin des hommes d'abandonner les femmes.

 Mais je vais t’aimer, petite tête duveteuse, parce que tel est le destin des mères.

Et je chavirerai d'amour en humant l'odeur de pain d'épices dans le petit creux de soie de ta nuque, et plus jamais je ne pourrai dormir sans guetter ton souffle.

Je vais t'aimer, toi dont je vais devoir faire connaissance, étranger qui hier encore étais partie de mon corps.

Qui es-tu, étranger qui dors auprès de moi ?

Quel don, quel caractère étonnant trimballes-tu depuis la nuit des temps ?

De quelles lignées de princes et de pirates apportes-tu l'héritage ?

De qui es-tu l'enfant, petit inconnu ? Quel Dieu a visité mes rêves ?

Vos enfants ne sont pas vos enfants. Ils sont les fils et les filles de l’appel de la Vie à elle-même. Ils viennent à travers vous mais non de vous. Vous êtes les arcs par qui vos enfants, comme des flèches vivantes, sont projetés (Khalil Gibran)

Quelle est cette vieille âme qui me scrute par ton regard bleu sombre si pénétrant-?

Avais-tu tellement envie de venir parmi nous ?

Pourquoi m'as-tu choisie, moi ?

Allons, c'est l'heure de la tétée !

bonus ici >>> clic

 

Jeanne Fadosi 02/06/2016 10:27

une réédition qui s'imposait. Quel émouvant petit texte !

almanito 01/06/2016 15:48

C'est ça l'amour pour un enfant: ne plus dormir sans guetter son souffle. Très beau Emma.

(Je ne reçois qu'aujourd'hui un texte que tu as publié le 29! Plus de news', plus de notifs lorsqu'on reçoit un com'...OB est en crise... encore une fois)

jill bill 01/06/2016 14:25

Re merci Emma... j'aime la citation, nos enfants faut leur donner tous les outils pour fabriquer leur indépendance !

Lorraine 31/05/2016 18:42

Un magnifique hymne à la maternité, à toutes les maternités où l'on sent l'amour, l'accueil, la joie et Khalil Gibran qui dit les choses à sa façon pour nous avertir que l'enfant, un jour, grandira et ira vivre sa vie parfois si différente de la nôtre et qu'il faut accepter.
Merci pour cette si belle réédition, chère Emma,
Lorraine

Condomine 31/05/2016 17:55

Superbe, Emma! Oui, il paraît que les enfants choisissent leurs parents. Etonnant! ;)

Solange 29/05/2016 15:47

C'est un très beau texte, bravo.

Michèle 29/05/2016 13:46

"Vous êtes les arcs par qui vos enfants, comme des flèches vivantes, sont projetés" : J'adore, merci Emma pour ce beau texte pour la fête des mères et merci à mon fils de m'avoir appelé tôt ce matin.

Quichottine 29/05/2016 10:31

J'ai tellement aimé cette page !
Merci de nous y renvoyer aujourd'hui.
Que de questions auxquelles seul l'avenir répond !
Passe une douce journée Emma. Bises.

Pastelle 29/05/2016 10:11

Très beau texte, joli choix en ce jour.

MD 29/05/2016 08:12

Tellement juste et tellement beau ! Un joli cadeau pour ce-jour très spécial...

Lilousoleil 29/05/2016 07:05

oh oui Emma , je me souviens avoir aussi écrit sur ce tableau... Bonne idée que de republier aujourd'hui
avec ler sourire

Quichottine 30/08/2012 12:35

C'est un texte magnifique !
Son enfant est toujours le plus beau du monde, quel qu'il soit.

J'aime ce moment de partage.Merci !

Carole 27/08/2012 01:39

C'est beau, Emma, c'est beau comme la naissance, comme le mystère de la vie, au creux soyeux d'un cou plissé d'enfant.

Lorraine 25/08/2012 12:21

La magnifique chanson des mères, tu viens de l'écrire, chère Emma. Pour toutes les mamans qui serrent contre elles ce petit étranger qui semble encore regarder un autre monde, pour tous les enfants
aimés quelqu'ils soient, lippus et chauves, bouffis et rougeauds: ne sont-ils pas les plus beaux sur terre? Immense complicité qui introduit Shrek dans l'aventure humaine. Encore une fois, quel
beau texte, chère Emma!

jill bill 25/08/2012 11:41

Je t'ai lu sur Miletune... j'ai beaucoup aimé Emma

Nina Padilha 25/08/2012 09:00

Une vérité profonde derrière un conte moderne...
Pas mal du tout.
Bisous !

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog