Sans queue ni tête

 version audio, cliquer en bas de l'image

improvisation par la Compagnie Tous azimuts le théatre, de Roubaix

( texte gagnant au  concours d'écriture 2012 )

 

C'est un petit soldat de plomb

Qui monte la garde sur le pont d'Avignon,

Et ron et ron petit patapon

Sous le pont

Se morfond Cendrillon,

Las, hélas, si lasse,

De laver ses haillons,

Servir et desservir

Écuelles et chaudrons.

Sur le pont

Le chat Michel

(que son père,

Un "De Gouttière"

Ma chère,

N'a jamais  reconnu)

Court le marathon,

Passe et  repasse,

Et chaque fois crie au soldat

D'une voix de plus en plus rauque :

"Aide moi, aide moi,

Dis moi comment faire

Pour retirer les bottes de l'ogre !

J'en ai plein les bottes,

J'ai les pattes en compote.

Arrive une citrouille

Conduite par Charmant

(oui , oui, LE prince !)

Qui se meut  lentement.

Une citrouille, (c'est bien connu)

N'est pas aérodynamique !

Il s'enferre, le pauvre

Il n'a jamais appris,

Titi carabi,

À diriger des rats !

Et voilà qu'il doit

Ramener à bon port

Chez Madame Neige

(Blanche, pour les intimes)

Une pleine cargaison

De nains en goguette

Qu'il vient de  ramasser

Sur le bord de la route.

Ils sifflotent, ces nuls,

Ma tante tirelirelire !

Alors qu' il a rencart

À deux heures moins le quart

Avec la fée Clochette

Sur un nénuphar bleu

Les rats ont aperçu le chat !

Veulent filer,

Mais ce sont rats de villes

Moustaches vernissées,

Mollets en guimauve

Voila la citrouille  versée

Et cul par-dessus tête

Les sept nains larirette

Braillant à tue tête.

Charmant, crie le chat qui repasse

Pour la centième fois

Délivre moi,

Coupe le cuir de ces bottes

Du tranchant de ton épée !

Qu'ai-je fait de ma pantoufle ?

Pleurniche Cendrillon,

Cherchant dans son panier,

Pas de  morale à cette histoire

Larirette larirette,

Cendrillon qui pleure sa pantoufle

N'aperçoit pas Charmant

Qui lui irait comme un gant.

Destin cruel

Qui  fait  courir le  chat Michel

Qui ne voulait que faire ronron.

Seulette la fée Clochette,

À la volette.

Et le soldat dans tout ça ?

Il ne pense pas.

Un soldat, ç'est pas fait pour ça.

 

 

 

almanito 20/03/2015 16:27

Mérité ce prix! Je me régale cet après-midi.
Un conte poétique, drôle, fantastique que j'imaginerais bien chanté par Trenet et naturellement la fin ne peut que m'emballer...

Jackie 05/03/2014 14:14

Bravo Emma superbe ton texte.
Merci

Jeanne Fadosi 27/02/2014 09:28

oups Jill Bill avait mieux lu l'intro que moi (confuse)

Jeanne Fadosi 27/02/2014 09:27

je découvre ce poème et en même temps dans le commentaire de Jill Bill qu'il a eu un pris en 2012.
Mérité absolument. Les contes revisités. J'aime beaucoup. que dire de plus
merci

Carole 26/02/2014 20:00

Ton texte m'a rappelé un groupe américain que j'ai entendu pendant la "Folle Journée" de Nantes. Ils voulaient chanter toutes les chansons américaines, mais comme il y en avait trop, ils les ont toutes chantées en une fois... Toi tu nous as raconté tous les contes en un, fantasmes, terreurs et merveilles bien compactées...

cathycat 22/02/2014 22:55

Quel texte adorable et alerte ! une surprise à chaque vers... et je n'ai fait que lire, j'écouterai la version audio demain... Bravo pour le prix !. Bisous

Quichottine 20/02/2014 09:33

J'aime énormément.
Merci,
Passe une douce journée.

erato 19/02/2014 22:19

J'adore ce mélange de contes et ce rythme alerte.Bravo pour ce prix 2012 .
Je ne connaissais pas ce blog, je viens de m'inscrire
Belle soirée Emma

Pastelle 19/02/2014 11:24

Génial, j'adore !

Sagine 19/02/2014 10:19

le tout-en-un est à la mode, bravo.
plus difficile de mélanger les airs par contre

flipperine 19/02/2014 00:25

amusant cette histoire et il fallait le faire que de mélanger tous personnages

Solange 18/02/2014 15:22

Bien mérité ce prix, bravo. Des personnages revus différemment,c'est amusant.

Mony 18/02/2014 14:30

Dures les nuits de parents, mais inventives aussi et c'est bien !

jill bill 18/02/2014 13:01

De ta plume, bravo Emma pour ce prix 2012 mérité !

Mireille 14/10/2011 13:53


Belle idée que cette salade de contes dégustée après les soupes.


valdy 01/09/2011 12:38


J'aime beaucoup ce brassage de contes et contines qui semblent jouer avec brio le jeu du hasard. Mais la morale existe quand même : le destin est cruel et ceci n'est pas un conte pour enfant
...
Valdy


aimela 25/08/2009 11:22

Hihi! j'adore, merci de me faire sourire ce matin qui a perdu de la châleur. Bises

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog