Téléthérapie

                                            

-Aymeric Dumantier, dit l'animateur replet et réjoui, vous n'êtes pas apparu publiquement depuis votre célèbre procès de 1982.  Merci d'avoir accepté l'invitation de  notre chaîne, à l'occasion de la sortie de votre roman "Les épines de la couronne". Vous n'avez rien publié depuis "Celui qui crachait", en 90, qui fit scandale comme les précédents.  Diriez vous que "Les épines"  sont  la conclusion de toute votre œuvre ?

Ainsi ce vieux salopard est encore vivant ! Il doit bien  avoir près de cent ans !  Emacié, blême, la voix sifflante, racorni, ratatiné comme un bonzaï,  mais vivant, et l'œil encore vif !

Depuis le lancement de sa carrière littéraire  sous Vichy,  grâce à la protection rapprochée du général Sanfterfreund, il a été de toutes les causes pourries, régulièrement poursuivi devant les tribunaux  par tout ce que le pays compte de  ligues morales, confessionnelles et patriotiques …

L'appartement de Dumantier est à son image, sombre, antique, écrasé par des tentures hors d'âge, les murs couverts de papiers punaisés.

L'homme lui-même, ainsi que son interlocuteur, sont assis sur des fauteuils crapaud d'une teinte indéfinissable, séparés par une table de travail surchargée de paperasses. Derrière eux, à côté de ce qui doit être un chat empaillé,  un buste de Voltaire trône sur un piano ouvert qui semble ricaner de toutes ses touches jaunies. Cela doit sentir la crasse et la poussière, et les relents d'un passé nauséabond.

- l'apogée

- pardon ?

- vous êtes bien impertinent, jeune homme. Pas la conclusion. L'apogée. Toute mon œuvre est un grand cri d'amour.

- un grand cri d'amour ? dit l'animateur dont l'œil commence à frétiller, tout de même ! Dans "Les épines", vous faites violer et torturer Yvette, cette malheureuse toiletteuse de chiens anorexique, par quatre notaires, ce qui n'est pas banal. Est ce là votre vision de l'amour ?

- et au nom de quoi, jeune homme, l'amour serait il interdit aux notaires?

Je n'y arriverai pas,  se dit Sébastien. Il fait craquer ses phalanges, remue ses jambes sur le fauteuil relax en similicuir vieil or  (900 euros chez Confo, une folie).

- Mais nos invités souhaitent plus particulièrement parler de votre style inimitable…

Ah… soupire d'aise Sébastien, oui …oui… ça vient,  je sens que ça vient…

Grand insomniaque depuis qu'il est passé chef de section, Sébastien a tout essayé : le yoga, les bains de pied aux huiles essentielles, les tisanes orientales, les bracelets de cuivre…

Et il n'y a qu'une chose qui soit capable de  l'endormir : les émissions littéraires !

 

Solange 23/05/2016 16:19

Certaines personnes parlent pour parler et sont d'un ennui mortel, tandis que d'autres peuvent être si intéressants. bravo.

Jeanne Fadosi 20/05/2016 16:44

ah je ne sais à quel "écrivain" tu penses mais je témoigne que la télé peut tout à fait m'endormir; Fait connu depuis les débuts de la télé où elle s'arrêtait en fin de soirée pour ne reprendre qu'avec les émissions du midi. La musique du générique de fin était forte, sans doute pour que les dormeurs assoupis pensent à l'éteindre et aller se coucher plus confortablement.

Loïc 20/05/2016 09:51

Bonjour ! Ce message pour vous dire au revoir : Nous nous en allons pour une durée et une destination inconnues.
Au plaisir de vous retrouver !
Loïc

almanito 20/05/2016 09:37

On s'y croirait et sans doute devais-tu avoir quelques noms en tête en écrivant. J'en ai connu un dans mon entourage, resté lui dans l'ombre, mais qui lui ressemble à s'y méprendre. J'aurais bien aimé en lire plus, tu devrais en faire au moins une nouvelle.

Pascale DELALANDRE 20/05/2016 07:36

Pas de manque d'imagination, merci de ce partage.
Bonne journée à toi

jill bill 20/05/2016 07:17

En effet un vieux de la vieille !!!

Nina 07/07/2010 11:21


Mazette ! Imagination fertile ou transcription de vécu ?


Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog