adieu minitel...

Lettre ouverte au répondeur et autres automates

 en hommage au  défunt minitel (clic)

                                         aaaaaaaa.jpg

                Cher R.A

(tu permets que je t'appelle R.A ? nos relations quotidiennes autorisent bien cette familiarité?)

                Cher R.A  donc, tu as bien changé depuis tes débuts, quand tu faisais des promesses siliconées  sur affiches géantes 3615 : Ulla.

A l'époque, Monsieur Michalon - s'il avait survécu  aux carambolages en série devant les affiches en question - appelait Ulla et recevait un message stimulant  enregistré par la voix suave de Colette Craquelot, retraitée à Bigoudis les Gonesse…

Balbutiements artisanaux qui ouvraient l'ère de la communication industrielle, le must de la technologie, l'épure du dialogue : converser avec une voix  fantôme, une voix de synthèse, une machine, une touche !

Il est vrai que parler à son prochain est devenu des plus compliqués, voire malsain. Dans le Tokyo d'avant webcam, les habitants d'un immeuble dépérissaient dans leurs solitudes empilées, quand quelqu'un eut l'idée géniale d'équiper les appartements de vidéos qui permirent enfin à chaque locataire de faire connaissance avec son voisin de palier. J'en ai rêvé, Sony l'a fait : on ne louera jamais assez l'ingéniosité nippone.

L'euphorie que suscitèrent les premiers répondeurs individuels nous valut de belles pièces d'anthologie… d'ailleurs ceux  qui étaient "morts de rire" en enregistrant : "salut c'est Guy-li-guili " assorti de gloussements suggestifs, ignorent qu'ils ont peut être dissuadé quelque DRH de faire plus ample connaissance…

(Mais comment se fait il que d'autres, tout aussi atterrants "vous êtes bien chez François Pignon" vous tirent  les larmes des yeux ?)

                Or, les années passant, le message de répondeur est devenu un genre littéraire à part entière, qui suscite sur internet la plus grande créativité.  ( à  moi, Cyrano!)

 minimaliste

- Vous êtes bien chez moi....moi non                                                         

- Bonjour, ici c'est moi... et toi t'es qui ?

( variante :  Halo? Halo? A to znowu ty ! ile razy mam odbierac  )

 parano

- Bonjour, vous êtes bien chez qui vous croyez être,

Mais je ne suis pas là où vous croyez,

Alors laissez un message après ce que vous savez,

Et je vous rappellerai là où vous serez

pratique

- Non, je n'ai pas besoin de faire mon toit.

Ma façade est impeccable.

Ma cuisine est toute neuve.

Je me passe tout à fait de l'air conditionné et mon frigo n'a pas encore rendu l'âme.

J'ai une assurance vie et je ne tiens pas à figurer dans votre enquête.

Si, après tout cela, vous souhaitez encore laisser un message, vous pouvez le faire après le signal sonore.

malicieux

- Bonjour ou bonsoir, Vous êtes bien au 01-00-.... Marc n'est pas là. Le répondeur téléphonique est allé aux p…   c'est le congélateur qui vous parle.  Laissez-moi un message et je le lui transmettrai.

 

                Tandis que la standardiste du 22 à Asnières entrait en maison de retraite, et qu'une teigneuse machine orange avait raison de nos chers poinçonneurs, toi, R.A, comme tes frères en technologie déshumanisante, tu t'épanouissais.

Jusqu'à devenir INTERACTIF !  Et prendre la grosse tête.

Quand tu officies en entreprise ou dans de grandes institutions, tu te fais précéder d'un prologue musical  conforme à " l'image de la maison" (sans d'ailleurs nous demander si nous apprécions la version chuintée de la Moldau…)

Ainsi, pour le compte de tel grand organisme, tu  nous assènes des "soupers du Roy" grandioses : ta, ta-ta ~ ta-ta-ta, perruques poudrées et cannes à pommeau, grandes eaux en arrière plan,  parce qu'il faut ce qu'il faut : "Peuple, chapeau bas, tu entres en élitie…."

Par ton canal, Hotlines et VPC déversent des musiques lénifiantes entrecoupées de flashs infos "tous vos correspondants sont en ligne, nous vous prions de bien vouloir patienter" qui dérangent notre torpeur hypnotique…jusqu'au fatal "veuillez renouveler votre appel ultérieurement, tut tut tut…" qui nous réveille complètement.

Egarés, nous nous  surprenons parfois à te tenir conversation et te décrire poliment notre problème alors que, avoue, (AVOUE !) tu n'en as strictement rien à secouer, ou à l'inverse, la force de l'habitude, rester coi puis sursauter "ah, pardon madame, je croyais que vous étiez un répondeur".

Petit canaillou à tes heures,  cher RA 17, comme la nuit où je t'ai appelé  pour  cambriolage chez les voisins, et que tu m'as seriné en boucle : "votre appel ne peut aboutir, veuillez le renouveler"

Grâce à toi, les administrations ont pu exprimer en langage chiffré la quintessence de leur   absconse culture : Bienvenue au service.. de la caisse… des … générales.  Si vous souhaitez obtenir  des informations sur w, taper 1, sur y taper 2, revenir au sommaire taper 3. Après 15 minutes de navigations erratiques, avec moult retours au sommaire, dans l'espoir toujours déçu de rencontrer au détour du labyrinthe un interlocuteur de chair et d’os, nous décidons de revenir à  l'archaïque courrier papier : " Monsieur l'ordinateur…."

                Ah, mon cher R.A, s'il suffisait de taper sur la touche étoile pour te transformer… même pas en prince charmant, ne rêvons pas, mais simplement en être vivant…un fonctionnaire  aimable par exemple?

 

Comment ça, ne rêvons pas ?

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

momo 17/04/2014 17:22

Aimable le fonctionnaie ? dans une autre vie !!!!!!!!!!

Nais' 11/08/2012 17:39

Très drôle cet "hommage" aux répondeurs, j'ai bien ri ^^

cathycat 18/07/2012 22:13

Ah bon ? le concerto pour mandoline est détrôné par la moldau ?!!! comme c'est dommage :-)
Ces voix douces me hérissent le poil quand je suis pressée. J'ai dû réserver un billet d'avion pour mon petit chef, et la musique lénifiante d'Air France suivie de cette voix suave me disant que
l'appel me serait facturé 35 c la minute (m'en fiche d'abord c'est pas moi qui paye), assez énervée donc je me suis emmêlée dans les chiffres du flying blue et cette gourde de voix suave m'a dit
"je n'ai pas compris..." ça m'a énervée !... :-))`
J'ai bien aimé ton article... ça sent le vécu !... Bisous

Solange 07/07/2012 01:10

Je l'ai relu avec autant de plaisir. Bonne fin de semaine.

Carole 06/07/2012 21:39

Après tout, je trouve que ceux qui s'essaient à "la littérature de répondeur" font de louables efforts pour échapper à la dépersonnalisation, même si cela reste naïf.
Les "voix mécaniques"- et fantomatiques - sont devenues un élément majeur dans notre univers : elles sont partout,au téléphone, au supermarché, dans le train... Du Château des Carpathes à
Playtime...

Monycom 06/07/2012 19:22

je n'ai pas connu le Minitel mais les touches 1,2 ou 3 et *
là, j'ai donné jusqu'au ras-le-bol.
Amusant éloge nécrologique.

Lorraine 06/07/2012 18:56

Merci pour cette salve d'improvisations vraies!, qui me fait rire aux éclats toute seule devant mon ordi. Moi qui glapis de colère quand on me renvoie d'un n° à l'autre et que tous les
collaborateurs sont occupés, je te sais un gré infini de prendre les choses avec un humour absolument exact! J'adore tes textes, chère Alinéa, ils sortent tellement de l'ordinaire et sont cependant
toujours tellement justes!Merci, merci!..

Martine27 06/07/2012 17:40

J'aime bien les textes pour les répondeurs particulièrement le "pratique". Hier j'ai mis un certain temps a arriver à avoir quelqu'un chez Conforama, j'ai braillé un certain nombre de fois Accueil
parce que le chemin pris ne me convenait pas, l'horreur !

Nina Padilha 06/07/2012 10:00

Bel hommage à une petite boîte somme toute fort sympathique.
Bravo !

md 06/07/2012 09:52

Superbe ! J'ai ri (un peu jaune) à m'en décrocher la mâchoire. Ce texte mériterait de se transformer en sketch :)

Quichottine 06/07/2012 09:04

Je ris... un peu jaune pourtant.

Je devrais sans doute revoir le message de mon répondeur. Mais il ne fonctionne plus et je ne l'ai pas remplacé.

Alors, tant pis.

En tout cas, comme toujours, un texte superbe !

Passe une douce journée, et adieu au Minitel.

rouergat 09/10/2010 18:05


BonsoirEmma
Belle étude des messages de répondeurs téléphoniques
Amicalement


rouergat 03/10/2010 10:57


Bonjour Emma
Il est bien vrai qu'il y a sujet à écrire un roman sur les messages de répondeurs
Bon dimanche
Amicalement


claire fo 30/09/2010 15:11


Merci Emma,c'était très drôle!
N'ayant pas de répondeur,je ne laisse jamais de messages sur les répondeurs car ils ne peuvent me répondre...
Bonne journée!


Solange 28/09/2010 19:44


Très drôle, chez nous nous disons simplement, laissez-nous un message. Ils imaginerons le reste.


aimela 28/09/2010 16:18


J'adore le répondeur malicieux ( sourire)pas besoin de taper sur une touche avec toi, le rire arrive sans. Bises


Nina 28/09/2010 14:55


Excellent ! J'ai bien ri quand même.
Tapez 1, tapez 2...
Taper sur qui, encore ?
Lol !


JOËLLE 07/07/2009 08:52

Je ne connaissais pas ce texte Emma, il est superbe. Ton blog est un régal pour les yeux, les oreilles, la matière grise et les zygomatiques. Bravo

ludmilla 04/07/2009 18:08

musique plus que revigorante et ton texte l'est aussi, bravo ! j'adopterai bien juste quelques jours le répondeur "parano", juste pour voir !

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog