Le rayon vert

 
Le cerisier s'ébroue à chaque souffle de brise,
et ses pétales pleuvent sur le voile de mariée
qu'il a posé sur l'herbe tendre.
 
Le soleil est déjà bas.
Bientôt il rasera le pommier en sa gloire,
et le rendra  fluorescent.
 
Quand le soleil plonge de  l'autre côté du monde,
il envoie des signes qu'il faut savoir saisir :
le  rayon vert dans un trou de rocher,
l'ombre du châtaigner sur la vieille maison,
bleu intense une fraction de seconde
et la fleur d'œnothère qui  d'un coup se déploie,
très  pressée, car  ne vivra qu'un jour.
 
Un vol d'étourneaux palpite très haut sur le ciel très bleu.
Dans l'ombre de la maison, les pâquerettes  se replient.
Elle pense qu'elle ne verra peut-être pas
les cerises  cette fois, vermeilles et  gonflées,
fendues par le bec des merles arrogants.
Elle pense à ses années envolées comme les pétales,
consumées en projets grandioses, en passions frénétiques,
à embrasser des rêves qui n'étaient pas les siens.
 
Que ne les ai-je, pense-t-elle, passées là sur ce banc
à regarder ces douces choses ?
Je ne savais pas qu'il y avait du bonheur à seulement
sentir le vent sur mes joues, le vent qui joue dans mes cheveux.
 
Tout cela m'était dû, et venait de surcroît, alors qu'il eût fallu
à chaque instant dire merci à la vie.
Merci pour le ressac, et merci pour le vent,
le ruisseau qui murmure,
Merci pour l'eau de la fontaine, le jour qu'on a tant soif.
 
Je ne voyais pas qu'il y avait du  bonheur à simplement  respirer.
humer, sentir l'herbe coupée, la route sous la pluie
respirer mes bébés potelés.
poser  les valises pour dire "maman je t'aime",
le temps que c'est  possible…
 
Oh, encore une fois voir la vague recouvrir l'empreinte
de nos pieds nus dans le sable mouillé…
 
Il arrive.
Il va dire comme elle a bonne mine aujourd'hui.
et puis qu'il faut rentrer parce que le vent est frais.
 

almanito 15/05/2016 10:33

Il arrive un temps dans la vie où l'on prend conscience du temps perdu, où l'essentiel nous saute soudain aux yeux. Comme toi j'ai cette sensation d'avoir vécu des rêves qui n'étaient pas les miens.
Pas de regrets, mais la conviction qu'il faut profiter des cerisiers, vite, comme pour rattraper le temps. Regarder la vie autrement en se demandant comment on a pu se tromper à ce point...
Ton texte est bouleversant Emma.

Lorraine 15/04/2014 19:40

Lorsqu'on arrive très loin dans la vie, la sagesse s'accroît et les moindres bonheurs simples ont un prix infiniment précieux. La jeunesse agit; la vieillesse contemple. Sait-on toujours qu'il faut savoir faire une halte dans la frénésie de vivre, pour goûter la saveur d'une cerise? Ton texte, une fois encore, nous mène doucement vers l'essentiel. Merci,chère Emma,

Lorraine

Quichottine 29/11/2013 10:40

Merci pour le lien que tu m'as laissé... c'est une merveilleuse page que la tienne.

Douce et belle journée Emma.

Mony 10/11/2013 08:26

L'heure des bilans est en partie l'heure des regrets mais aussi celle de la découverte des bonheurs simples. Ton poème remue bien des choses en moi et si les trois dernières phrases m'effraient elles me donnent aussi de l'espoir.

jamadrou 18/08/2013 13:58

Cette boule, en son temps, m'avait inspiré ces mots:

"En me promenant ce matin
Le nez au vent l’œil aux aguets
Dans ma boule de cristal
J’ai cru voir le bonheur.
La lumière enveloppait le reflet de la vie
La cime des arbres chatouillait le ciel
La prairie n’était plus que tapis vert tendre.
J’avançais la tête en bas
Le cœur en bandoulière.
La ligne entre les deux mondes
N’était plus qu’illusion.
Je me suis arrêtée, je n’ai fait que respirer.
C’est une chose étrange que de sentir
Se sentir respirer
Et ne se sentir que passant.
Passant entre monde du bas et monde du haut.
En me promenant ce matin sur le rayon vert
Comme un funambule j’ai marché
Mesurant mes pas gardant l’équilibre
J’ai cru lire dans le cœur
Et j’ai vu le mot bonheur.
JD. Le 16 mai 10h

oh! Emma oui encore une fois voir l'empreinte de nos petites pattes sur le sable mouillé et puis un jour s'envoler.

jill bill 16/05/2013 07:33

On recherche tellement le bonheur dans les paradis artificiels, créés par l'homme, qu'on en oublie de vivre... merci nature... merci emma !

valdy 30/08/2011 07:25


Le "poser mes valises pour dire "Maman je t'aime", le temps que c'est possible" me bouleverse. On grandit par paliers douloureux puis, on sait ... Je t'embrasse Emma
Valdy


Clodine - Porte-Plume 24/02/2011 07:52


Commencé tôt ma journée: humer l'air si doux de ce matin, écrire pour le boulot, des présentations de soi, des projets, des conventions. Et puis un petit ménage dans mes mails manège ... balade
d'un instant...retrouver le votre... petit tour sur ce site ...
été happée par le banc, forcée de m'assoir là.
Photo gravure en noir et blanc dentelle, moments fragiles éphémères qui donnent l'épaisseur de la vie. Mes sens en éveil sur la cerise fendue, l'oenothère, les bébés potelés ... plus que des images
j'y ai vu un petit film Bonjour Bonsoir Clic Clac ou en déroulé plus lent, la vie fait toujours place à autre chose quand on croit qu'elle se retire ... Merci


Annick SB 11/02/2011 08:20


Toujours cette nostalgie,ces regrets, ce cruel et doux constat du temps qui passe avec l'éloge et la sagesse du repos que l'on lit tout le long du poème . C'est très beau.


Solange 30/12/2010 22:40


Je t'offre mes meilleurs voeux pour l'année nouvelle, la santé et tout ce que tu désires.


emma 30/12/2010 15:33


oui , c'est très vrai ... en profiter tant que c'est possible.


Pénéloop 29/12/2010 10:41


Les signes qu'il faut saisir
Le bonheur à respirer
Le temps qui passe
Et passe à reculons
Apprendre à s'asseoir simplement
Et à dire " Merci "
Tout haut...

Loop

Ps. un signe ?
J'ai écrit ma page
" il y a des jours "
avant de lire ta page, celle-ci.

Moi,
j'aime bien les signes.
Je les guette.
J'ai un petit carnet spécial pour les noter...
Merci Emma et très bonne journée.


Solange 28/12/2010 23:23


Le bonheur c'est une foule de petites choses et parfois c'est bien tard qu'on le réalise.


Nina 28/12/2010 08:19


Bonheur, je t'ai reconnu au bruit que tu fis en partant...


Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog