Arc en ciel

l'audiothèque de Sagine, la belle lectrice, est  ici (clic)
 
Tu le sais, toi, que la mort de la terre
est en marche depuis que la première créature hésitante
est sortie de la mer. . .
 
Et je pleure avec les femmes qui pleurent
sur les carcasses blanchies des grands buffles
que le sable recouvre. . .
 
Je pleure avec les femmes qui pleurent
devant les carcasses des bateaux noirs
pourrissant dans la boue là où était  la mer. . .
 
Je pleure avec les femmes qui pleurent
les singes criards et les perroquets bleus
dans la pirogue qui fuit les bulldozers. . .
 
Je pleure avec les femmes qui pleurent
en lançant des colliers de fleurs
sur la mer verte qui a noyé les îles roses. . .
 
Mais les hommes, dis moi,  griot édenté,
Où sont les hommes ?
Ils sont partis escalader les barbelés
Je suis la dernière sentinelle
 

M'mamzelle Jeanne 06/02/2014 11:04

Que j'aime ce poème! C'est d'une réalité à pleurer...
Mais où sont les hommes dis-moi...?
Merci Emma pour ce superbe texte.

jamadrou 18/10/2013 21:21

Je reviens regarder tes couleurs, lire ton texte.
Il n'y a plus d'hommes, juste la dernière sentinelle.
mais le temps est venu où les femmes se sont arrêtées de pleurer
elles reprennent en main le destin de la terre.

Martine 13/10/2013 08:24

Ah si les femmes prenaient partout sur la Terre les choses en main. Peut-être, je dis bien peut-être, que ça irait mieux.
magnifique poème et portrait
Merci Emma

Hélène Carle 12/10/2013 18:40

Comme c'est magnifique Emma!
Couleur vérité.

Hélène *

jamadrou 12/10/2013 09:36

zut de zut
et crotte de crotte
2 ans déjà ton texte
et il est toujours d'une actualité hurlante.

midolu 04/03/2013 08:58

Les poètes sont des sentinelles, l'espoir reste, puisque ce texte poignant a été écrit.
Merci Emma. Merci également à Quichottine qui m'a indiqué le chemin.

Armide+Pistol 23/04/2011 16:55


De mots qui vous étreignent et ne vous quittent pas.


Mony 22/04/2011 08:04


On l'attend, impuissants, cet arc-en-ciel. L'humain va à sa perte si rien ne change et tous nous y contribuons parfois bien involontairement. Ce texte prend aux tripes. Heureusement ta très belle
peinture met un peu de baume au coeur. Mony


domidel 21/04/2011 19:13


ce très beau texte m'émeut à me donner la chair de poule !


Solange 19/04/2011 01:00


C'est un beau poème qui donne des frissons.


Alice 18/04/2011 20:56


Les forêts sont détruites par l'homme, cela a de graves effets sur l'existence des tribus indiennes, sur la nature asséchée,un écho aux femmes de ce pays comme une lamentation, un bel écrit. Merci
Emma


Quichottine 18/04/2011 17:31


"Je suis la dernière sentinelle"...

Ce dernier vers fait frémir.

Merci pour ce poème, Emma.

Il est sublime.
Passe une belle soirée.


eva48 17/04/2011 17:20


beauté à l 'état pur...
bisous


sophie 17/04/2011 12:13


Et je pleure avec vous...


aimela 17/04/2011 10:39


Les femmes ont toujours pleuré et pleureront encore longtemps vu que l'homme ne comprend jamais rien de ses conneries


Annick SB 17/04/2011 09:19


Fin de poème aussi brutal que le sort de l'humanité et l'avenir de mère Nature ...


Nina Padilha 17/04/2011 08:08


C'est terrible et inéluctable.
Très joli texte, nonobstant.
J'en aime la construction.


louvopale 17/04/2011 07:58


Je crois que de tous temps, les femmes ont pleuré ce que les hommes détruisent.
Magnifique texte, magnifique tableau, et cette musique un peu décalée...
Un vrai petit bijou.
Bon dimanche Emma.


Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog