Salade de tomates

Salade de tomates
source image : Emma
 
Une tomate, belle, ronde, rouge, sur une assiette blanche...
Allez, soyons fous, c'est dimanche, DEUX tomates !
Belles, rondes, rouges.
Toutes deux identiques. Brillantes, peau cirée, zéro défaut.
Aussi belles, aussi fraîches, que quand je les ai achetées il y a trois mois.
Aussi fraîches, aussi croquantes qu'une pomme. . .
 
Sais-tu, mon enfant, qu'il y eut un temps où les tomates avaient du goût?  Moches et biscornues, mais gorgées de soleil... dans le jardin de mon père, où, dans les lilas fleuris, tous  les oiseaux du monde venaient faire leur nid... Un temps où les roses échevelées sentaient bon, pas comme ces grandes dindes de Baccarat. Les tomates d'aujourd'hui sont à celles de mon enfance ce que les Baccarat sont aux roses anciennes, et  les tops model  aux femmes : une théorie esthétique...
 
Couper les tomates...
Le couteau électrique ferait l'affaire, pour débiter des tranches parfaites,   bien rondes, bien fermes.
Persil lyophilisé. Tu ne le croiras pas, petite, mais le persil est une plante, autrefois on le coupait dans un verre avec des ciseaux...
 
Le temps qu'ils y étaient, les savants qui nous ont fabriqué ces merveilles, pourquoi n'ont-ils pas fait des tomates en forme de saucisson, comme le beurre d'escargot dans son tube de plastique ? Pratique ça, des rondelles  de tomate calibrées, et tout bénef, on en met plus par caissette... et pourquoi pas aussi des tomates bleues, c'est ça qui serait joli, des ronds de tomates bleu, blanc, rouge, sur un lit d'algues  jaunes, et des bidules vivants  longs et blancs qui rampent  sur le mont Fuji,  dans une assiette  carrée. . .
Merveille de la science ! Dire qu'il a fallu dix ans pour sélectionner ces belles choses ! Dix encore pour que quelqu'un lève le doigt et ose dire : " le roi est nu, et les tomates n'ont aucun goût ".
 
-"Aucun goût ?" dit le savant,  "il faut savoir ce que vous voulez : ou ça se conserve, ou c'est bon, c'est l'un, ou l'autre ; on ne peut pas avoir les deux. Non madame, on ne peut pas. "
 
- "Ou alors" dit le savant, bon prince finalement, " je peux établir un programme de sélection : tomates bonnes, mais il faudra dix ans, et beaucoup, beaucoup de crédits, parce que la recherche, hein, ça coûte ! "
 
En attendant, le journal rapporte qu'il est un endroit où on trouve encore de bonnes tomates, et de plus gratuites. Dans les boues de décantation des stations d'épuration. La graine de tomate, dit le journaliste, a cette propriété de n'être point du tout digérée, et donc sort  aussi pimpante qu'elle est entrée. De ce fait, ajoute l'homme de presse, au terme de tribulations dont je vous fais grâce, elle arrive en pleine forme dans les boues susnommées où elle germe et croit aussitôt. Et comme beaucoup ont commencé leur odyssée dans des pays méditerranéens où les savants n'ont pas encore tout calibré, elles donnent des fruits savoureux.
 
Récolte des tomates sur les boues d'épandage. Ketchup sur polystyrène expansé, tableau de Jean François Millet, arrière petit fils de Jean François  Millet.
 
Belles, rondes, rouges, brillantes, pas un gramme de terre, elles ont poussé sans se commettre avec la glaise, sans souffrir des intempéries, sans voir le soleil... comme les poules de batterie. Plus besoin de terre, plus besoin de soleil, tiens... plus besoin d'hommes. Sperme par internet et sexetoille du catalogue de la Redoute, te voilà à l'abri des scènes de ménage.
 
Un filet d'huile d'olive.
Bio, l'huile d'olive.
Ça veut dire quoi, bio ? Peut être que ça a été fait avec des olives ?
 
 

almanito 10/08/2017 08:34

Je crois qu'on est tellement contrariés par ce que devient la nature qu'on oublie de dire un mot sur ta compo qui est superbe. C'est l'époque, allez je te prends l'aubergine!

Galet 10/08/2017 08:25

J'adore ton histoire, je déteste ta salade ! Le plaisir de la cueillette des tomates commence au moment où on coupe le pédoncule, quand l'odeur verte et un peu acide de la tige envahit les narines... Souvenirs d'enfance, quand je croquais les tomates dans le jardin de mon grand-père, entre deux envolées de balançoire... Oui, la "bonne" tomate est à ranger dans le coffre aux souvenirs. Merci pour ce bon moment !

almanito 10/08/2017 08:03

Une bonne salade de tomates calibrées avec des oeufs durs au fipronil...Hummm! On en salive d'avance.

almanito 17/08/2014 14:00

J'aime ton humour et ton ironie.
Un peu de notre faute aussi, nous voulons manger des tomates toutes l'année...
Il faut connaitre le bon maraicher qui ne vend que sa production, à la bonne saison. Je n'ai pas ce problème chez moi, mais c'est sûr, les tomates bien élevées qui ont du goût sont sales, difformes et piquées de becs d'oiseaux.
J'ai fait un billet sur le sujet il y a quelques temps: il faut savoir que nous n'avons (en principe) même plus le droit d'échanger entre particuliers les graines non cataloguées et qu'un agriculteur n'a pas le droit de réensemencer son champs avec sa dernière récolte... il doit en racheter chaque année!!! De même les bonnes tomates de nos grand-mères ne doivent plus être commercialisées sur les marchés sous peine de forte amende.
Kokopelli au secours!

Jeanne Fadosi 17/08/2014 10:29

merci pour ce lien qui me conduit à ce texte que je découvre. Pardon
il me renvoie à 2 ou 3 souvenirs personnels de tomates.
Dommage aussi qu'il date un peu, non pas du tout de ton fait emma, mais parce que les chercheurs ont depuis besogné sur les odeurs et les goûts pour pouvoir en rajouter ... et ce supplément de technique ne m’apparaît pas forcément comme étant de bon augure

La Vieille Marmotte 17/08/2014 08:04

J'adhère ... complètement ! J'avais aimé aussi, le texte de .... connais-tu ?

http://leblogdelavieillemarmotte.over-blog.com/2014/02/les-tomates-de-m%C3%A9m%C3%A9.html

cathycat 03/08/2013 17:17

Joliment provocateur ton article mais ça me désespère !... Heureusement avec une bonne vinaigrette faite maison, ça passe. Mais les tomates élevées dans la boue de décantation, même goûteuses... j'ai du mal à imaginer... Bisous

balladine 13/07/2013 11:47

Il est vrai que pour échapper à ce cauchemar si l'on possède un peu de place, il est possible de cultiver quelques plans de tomates, les miennes ont été plantées début juin et tardent à murir, il faut dire qu'elles ne se pressent pas, elles aussi attendent le soleil, je les observe à la dérobée, ces dames prennent leur temps avant de se laisser croquer, on dirait qu'elles le font exprès...

Cathy 11/07/2013 19:56

Et c'est malheureusement la réalité ! Des légumes trop parfaits et insipides, et plus rien de naturel.
Ton écrit n'est, malgré tout, pas dénué d'humour, Emma !
Merci pour ton passage chez moi.
A bientôt,
Cathy.

Carole Chollet 09/07/2013 23:44

Un espoir pour l'humanité, en somme, la tomate fécale des boues d'épuration ?

Miche 08/07/2013 04:09

Les tomates ne veulent plus avoir de goût dans les conditions qui leur sont faites !
Pourvu que nous réalisions avant qu'il ne soit trop tard, que le monde dans lequel nous vivons, est vivant.
Parce qu'alors, nous aurons compris ce qu'est le Vivant.


Merci pour ce texte, Emma ? alinea ?
Amicalement

Mony 07/07/2013 16:33

J'ai bien peur que nous soyons des dinosaures face à nos enfants. Quand je mitonne une bonne sauce tomate, avec des fruits bio et que mon fils la boude au profit du flacon de ketchup, il n'y a pas que la sauce qui est rouge...

M'mamzelle Jeanne 07/07/2013 14:58

Je viens de mettre un commentaire .; et fuitt il est parti !
Je crois qu'il est temps que les scientifiques aillent se mettre au vert !

Quichottine 06/07/2013 12:27

J'adore !!!

En voyant ta new, j'ai eu peur un instant que tu te sois mise aussi aux recettes de cuisine. ;)

Merci pour ce moment. J'espère que nous continuerons à trouver ici ou là de vrais tomates, avec du goût, et des roses qui sentent bon sans parfum de synthèse.

Passe une douce journée.

Eglantine Lilas 05/07/2013 16:29

j'aime bien les fruits et légumes ...d'autrefois ...normal compte tenu de mon age direz vous ! non je m'inscris en faut ma bouche c'est encore ce qui en goûteux de ce qui brille extérieurement mais n'a pas d’âme à l'intérieur...vive les tomates biscornues, les pommes ...parfois avec des vers ...les fruits pas calibrés ...du tout venant quoi !

Eglantine Lilas 05/07/2013 16:31

Eglantine rhoo mille fois je te dis de te relire : ma bouche sait du verbe savoir et pis c'est tout !

Nina Padilha 05/07/2013 13:37

Ça fait peur, tout ça...
Heureusement, je sais où j'achète mes tomates !
Bisous !

Christian le grillon 05/07/2013 11:46

Un merveilleux billet ironique devant l'affreuse dérive de ce qu'on appelle l'agro-alimentaire. Vieux grillon aux cheveux blancs, j'ai eu la chance d'être ouvrier agricole dans les années 50, au temps où seul le goût comptait dans le choix des fruits et des légumes; Le matin, avant que le soleil tape, les trois tomates à peine mûres et l'oignon de la salade prenaient la direction de la cuisine. Dans la melonnière, mon frère et moi découpions dans le melon la fenêtre permettant de le gouter. Pas assez sucré, direction le poulailler ! I
Quand on a connu un tel bonheur, quand on a cultivé plus tard un grand jardin bordé de rosiers, quand on peut encore manger une pêche cueillie sur l'arbre, je mesure les dégâts causés par les industriels de l'alimentaire.

Mes petits enfants sont élevés aux parfums synthétiques, aux adjuvants et aux conservateurs E XYZ.

Alors, pour mon plaisir, je me suis mis à presque 80 ans à cultiver des oliviers et à faire de l'huile qui a du goût. Viens la goûter, tu es invitée !

Cordialement

Sagine 05/07/2013 10:03

Ça y est, je n'ai plus faim. Heureusement, les pieds de tomates montent dans mon jardin, j'ai encore l'espoir d'obtenir des fruits. Trop bien vu, Emma

Lilousoleil 05/07/2013 08:47

Ton billet se déguste vraiment... on ne te landera pas de tomates pas une fausse note que du véridique et du 'l'authentique" comme a écrit Pagnol !

avec le sourire

jill bill 05/07/2013 06:45

C'est tout à fait cela emma... nos vies d'aujourd'hui ont-elles encore un goût, non mais un prix oui... Je me rappelle celles de mon pères, tomates moches du jardin mais quel fierté quand il les cueillait pour ma mère... merci ! JB

Armide+Pistol 21/08/2011 18:09


La beauté est intérieure, Chacun en revient à ces constatations


DADA 19/10/2010 22:44


Mais on dirait mon panier de nature morte vue de haut !
Jolie texte ...


abeilles50 22/09/2010 09:42


Bonjour Alinea,
Je me suis gavé de tomates durant 3 semaines.
J'ai savouré ces fruits rouges issus d'un potager sans pesticides, muris au soleil du sud : celles de supermarchés sont sans saveur !
Bizzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz


Solange 03/09/2010 02:03


Quand j'étais jeune les tomates du jardin de mon père étaient tellement bonnes, il y a longtemps que je n'ai pas retrouvé ce goût.Ton récit me le rappelle.


Nina 02/09/2010 10:18


On creuse notre tombe avec nos fourchettes...
J'applaudis ton écrit.
Je me souviens des denrées de mon enfance, avant les industriels, avant les supermarchés.
Le pain pétri par va voisine, les légumes du jardin, l'eau de la source...
Snif !


sophie" 02/09/2010 08:55


Savoureux ton billet Emma, quel talent.
Mes tomates sont biscornues mais réellement délicieuses...


Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog