Le pays du vent

réédition

Là bas, c'est le pays du vent...
 
On aurait poursuivi les nuages.
Là bas, ils courent et ils galopent,
de la mer à la neige, au dessus des pampas.
Sur un petit cheval, à cru, accroché à ton grand père,
tu aurais filé en riant parmi les herbes rêches.
 
Dans un vol de canards sauvages
Tu aurais croisé, peut être, le sourire de ton papa migrateur.
Nous aurions chevauché jusqu'à la mer.
Celle là est sombre et farouche ; elle fouette et elle claque,
puis laisse en gémissant l'écume de sa rage
lécher les rochers noirs, jusqu'au prochain assaut.

Là bas, pas de légende sucrée,
de fées pastellisées, de lutins facétieux.
Que des récits âpres, comme âpres sont les gens,
de chasse et de combats, et de roi fou aussi.
Nous aurions vu le grand condor planer en larges cercles,
Et soudain fondre sur des cités perdues.

A l'aube, près d'un lac bleu marine,
qui renverse les pics blancs,
La terre aurait vibré peut être
du pas lourd d'un dinosaure.

Voilà ce que nous aurions vu,
Là bas, au pays de tes ancêtres,
Manuel mon amour, si tu avais pu naître
Et ne nous étions quittés,
Dans une clinique froide
La veille de mes dix sept ans.
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Mireille/nomade 03/11/2016 14:08

Oh, je me rappelle Emma, un texte en prose qui m'avais beaucoup touché. C'était quelque part au Chili... en 2010 alors que je découvrais ce beau pays.
J'aime bien cette version épurée.

Jeanne Fadosi 06/11/2015 17:24

à la fois sublime et déchirant. Ce sont des douleurs qui ne s'oublient jamais

Catheau 24/10/2015 14:41

Un beau voyage lyrique et mélancolique.

Martine 11/10/2015 06:36

Bonjour Emma,

Après avoir rêvé, quelle chute ! Elle m'a surprise. Un choc. Quel douloureux anniversaire.
,Un superbe poème
Merci Emma pour ce partage très émouvant.
Bise

roger Dautais 08/10/2015 19:15

Superbe poème. Quelle sensibilité, quelle émotion s'en dégage et me parvient droit au cœur . Je chavire et rejoins ton infinie tristesse égrenée comme une mélancolie éternelle.
Merci de ce très beau partage.
Amitiés.

Roger

Mony 08/10/2015 18:34

C'est toujours la même émotion. Merci, Emma, pour cette sensibilité à fleur de peau.

almanito 08/10/2015 13:16

Bouleversant Emma. Je ne sais rien dire d'autre.

grandmistral 08/10/2015 11:40

Et le vent burine par spasmes sauvages cette mer sauvage.................Et le joug du souvenir résiste au temps.................C'est beau....................dois-je dire merci ?

Quichottine 08/10/2015 09:45

Je t'avais lue alors, et je t'ai lu encore, les larmes sont venues, comme la première fois.
Ton texte est beau et fort, triste de tant d'absence.
Peut-être faudrait-il...
En fait non, aucun petit lutin, même bleu, aucune fée, ne pourrait réussir à estomper le chagrin d'un anniversaire qui broie le coeur.

eMmA MessanA 08/10/2015 09:15

Manuel est bien vivant, je le sens respirer dans chacun de ces vers.
Il y a mille façons de vivre. La plus belle n'est-elle pas celle, éternelle, au fond de nos coeurs et de notre imaginaire ?
Les berceaux vides bruissent de mille mots tus, engendrés par nos maux d'amour.

jill bill 08/10/2015 08:20

Comme c'est joli et bien accompagné Emma, merci !

MD 08/10/2015 07:36

Quelle beauté, quelle émotion, que de souvenirs enfouis.... !

mireille du sablon 08/10/2015 07:30

...ce ne fut "jamais" et pourtant, c'est "toujours"....comment oublier?
beaucoup d'émotion partagée ce jour...
Bises de Mireille du sablon

ABC 31/01/2012 12:06

Très beau, grand émotion !

Jackie 28/01/2012 22:04

Merci pour ces mots émouvants et forts.
Très bonne soirée

Lorraine 28/01/2012 17:11

Une souffrance qu'on croyait cicatrisée et qui revient en plein coeur. Comment te dire que c'est magnifique, Emma, quand il y a tant de chagrin enfoui?..

annielamarmotte 28/01/2012 12:58

ça résonne dans les souvenirs de mes presque 17 ans ..... il y a longtemps.....le 14 juillet 1969 ......

claire fo 30/08/2011 14:13


Très beau texte touchant.....
Il semble que le cordon n'a pas vraiment été coupé...et que l'amour passe encore...


Mony 30/08/2011 13:58


T'écouter "vivre" ce beau texte me donne la chair de poule. Merci Emma


valdy 03/05/2011 16:20


Bouleversant. Valdy


Emma 09/03/2011 20:46


Emma...
C'est triste...
c'est beau.


Pénéloop 24/02/2011 23:34


Lac bleu marine
Enfant des quatre saisons
Concerto pour une absence...

Loop


Solange 24/02/2011 01:36


Je l'ai relu et le trouve toujours aussi émouvant.


sophie 23/02/2011 18:09


Que ce récit est émouvant Emma. je suis bouleversée.
Amitiés.


L'Oeil qui court 22/02/2011 16:13


La vague s'engouffre, bleue violente,
au creux de l'obscurité mouvante
Gorgée de vent, de lumière.
La vague emporte étouffée en son sein
la rencontre de leurs deux nages.
La-bas, vers l'horizon on voit qui se noie
Un bout de tissus bleu.


Quichottine 22/02/2011 15:13


Je te suivais, là-bas, au pays du vent... j'étais comme dans un rêve... C'était si beau !

... et puis, j'ai lu tes derniers mots...

Et là, tu vois, je suis émue aux larmes.
Je ne sais plus quoi dire.

Je ne te connais pas assez.
C'est comme si, si jeune encore, tu avais perdu un enfant.


Domidel 22/02/2011 11:50


Touchée en plein coeur. Ce texte m'émeut au plus haut point et j'ai du mal à trouver mes mots !


lilou 22/02/2011 11:15


Là bas, au delà des cités des hommes..
Les mots, fidèles, chevauchant le vent,
Murmurent à son oreille ce qui vibre en ton chant.


Mony 22/02/2011 10:56


Très belles descriptions d'un pays où les vieilles blessures ne cicatrisent pas vraiment mais où elles peuvent devenir douceur et partage.Mony


Annick SB 22/02/2011 07:27


Très beau poème ; la fin ramène tout doucement aux drames éternels et cruels des amours perdus.


Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog