voyelles...

voyelles...

A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu.

 

Pas de jaune.

Pas de Y.

 

A noir, comme le p’tit, au comptoir.

Il est terrible, le petit bruit de l’oeuf dur cassé sur un comptoir d’étain…

Eteins, veux-tu, que je caresse par cœur l'idée de ta peau blanche.

 

Blanc le E, et celui de l'œil.

Ou de l'œuf dur, qui sans mayo n'a pas de goût.

Blanc comme le bec, le mariage, le fer, et le drapeau...

 

Drapeau bleu comme la grande, blanc comme le petit, et rouge comme le gros.

(Jolie famille !)

 

Bleu est le O, dit Arthur.

Bleus les O, et les bas,

le sang, le cordon, et les casques.

 

U Vert comme le feu rouge,

l'habit et le billet.

Sans odeur, selon Vespasien.

 

Vraiment le I, tu vois rouge, Arthur ?

Pour le taureau, rouge, ou vert, c'est kif kif.

Es lo mismo ! C'est vache.

 

Pas de jaune, Arthur ? Que des pages blanches ? noircies dans la fièvre...

T'aurais pu voir jaune le I grec ? ils rient jaune, les Grecs quand on parle d'Europe….

 

Quichottine 20/01/2017 11:51

Excellent !!!

Juste ce qu'il faut d'ironie grinçante, j'aime !

Gérard 15/01/2017 18:24

oiseau ..seul mot français avec toutes voyelles ...sauf le Y

Josette 15/01/2017 09:32

d'après les voyelles mais avec contrainte de chamboulement :
D’après les Voyelles

L’émeraude du cèdre projette une ombre noire sur le chemin qui mène au phare ambré par le soleil, bientôt le ciel indigo avalera l’ocre rouge du couchant.

E : émeraude du cèdre abritant les mésanges
U : noir des chemins les nuits sans lune
A : ambré le crépi du phare dans la lumière rasante
I : indigo du ciel crépusculaire, heure triste et solitaire
O : ocre rouge d’un soleil assassin

Josette 15/01/2017 09:28

excellente version des couleurs... pas de jaune couleur dite de la trahison !

Jeanne Fadosi 14/01/2017 18:34

un chef d'oeuvre absolu que le troisième homme, le film, qui m'a conduit à l'écrivain Graham Greene.
De Prévert à Rimbaud, tu as raison, il y a de la parenté là-dedans. Le jaune ne plaisait peut-être pas au Rimbaud des heures blafardes que lui renvoyait son miroir après des cuites ou à la couleur de la balle et le i grec est si difficile à mettre en musique, ô Verlaine pair dans l'impair à la rime impossible.
J'aime tout dans la manière dont tu rajeunis ce poème et l'actualise.

cathycat 14/01/2017 14:58

Bravo ! j'avoue n'avoir rien compris en première lecture mais j'ai fini par saisir en lisant les commentaires que tu t'étais inspirée d'un poème de Rimbaud (le fameux Arthur) et que je ne connaissais pas. Ton interprétation est malicieuse et j'ai trouvé la définition du drapeau français drôle et brillante. Tes autres images ne sont pas en reste. Un grand moment que cette déclinaisons de nos voyelles...

Mony 14/01/2017 13:54

Je pressens que tu t'es régalée avec ces couleurs-mots comme tu le fais si bien avec de la vraie peinture :)

almanito 14/01/2017 12:07

Je n'avais pas vu la vidéo. En dehors de la musique, le cynisme dans le film comme en Grèce actuellement en point commun?

almanito 14/01/2017 11:53

Malicieux et pertinent, c'est très fort. Tu fais ce que tu veux des lettres et des mots et en plus la poésie est là aussi. Les malheureux Grecs rient jaune, oui...

Loïc Roussain 14/01/2017 08:52

Original, intelligent ... Nous sommes comblés.

Michèle 14/01/2017 08:43

Tu me tues Emma ! finesse, réflexion, intelligence, humour .. il y a tout dans ton texte et Rimbaud me semble bien pompeux (qu'il me pardonne !)

Alain 14/01/2017 07:59

Une autre façon humoristique de voir les voyelles de Rimbaud. C’est presque aussi bon…
Il est vrai que Rimbaud avait fait très fort dans ce poème :
A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes :
A, noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,
Golfes d’ombre ; E, candeurs des vapeurs et des tentes,
Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d’ombelles ;
I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;
U, cycles, vibrements divins des mers virides,
Paix des pâtis semés d’animaux, paix des rides
Que l’alchimie imprime aux grands fronts studieux ;
O, suprême Clairon plein des strideurs étranges,
Silences traversés des Mondes et des Anges :
— O l’Oméga, rayon violet de Ses Yeux !

jill bill 14/01/2017 07:31

En effet pas de Y considéré comme une voyelle, qu'importe... bravo Emma... !
Noir comme les idées, blanc comme la virginité, rouge comme le coquelicot anglais, vert comme l'émeraude, bleu comme les yeux de la chanson... ;-)

La Vieille Marmotte 14/01/2017 06:59

H(e)u ! De quelle couleur sont les petits pois Emma ?

Clara65 14/01/2017 06:46

Comme quoi, les couleurs représentent bien des symboles forts ! bravo pour ce bel exercice.
Bon week-end

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog