Alexandrie

Alexandrie

source image >>>> clic

 

Nous étions fiancés, Yvan et moi, depuis plus de quatre ans.

Maman commençait à trouver que quatre ans de fiançailles, c'est un peu long.

- Tu vas finir par monter en graine, ma fille, disait-elle, Eva va se marier, alors qu'elle a trois ans de moins que toi ! Et à propos de graine, est-ce qu'il te respecte, au moins ?"

Ça, pour me respecter, il me respectait, mon Yvan. Il était si délicat, distingué, si doux, si attentionné :

- on n'est pas bien, comme ça, Charlotte ? Es-tu si pressée d'avoir des mômes braillards ? Plus de ciné, plus de concerts, plus de tennis, tu te rends compte-?"

Tel était le cas de mes amies, en effet, et je m'estimais privilégiée par rapport à elles !

Mais quand même, par moments, j'aurais aimé qu'il me respecte un peu moins.

Maman revenait à la charge :

-Tu es sûre qu'il ne voit pas quelqu'un d'autre ?

Cela me faisait rire. Plus sérieux qu'Yvan, il n'y a pas : en dehors de nos soirées à deux, rarement une sortie avec des collègues, et ses sacro saintes parties de tennis avec Marc, le cousin de Claude.

Et voilà que Claude et  ma petite sœur Eva se mariaient.

Quand j'ai vu arriver Yvan ce matin-là dans son costume bleu gris comme ses yeux, j'ai eu, comme souvent, le souffle coupé devant tant de beauté. Je me demandais souvent comment un être aussi magnifique avait pu tomber amoureux de la fille ordinaire que je suis.

Ce fut une belle fête, intime et chaleureuse. Sauf qu'en soirée le temps frisquet nous obligea à déserter la terrasse initialement prévue comme piste de danse, pour nous replier dans la maison.

Tout avait été parfait dans cette journée, et je chantais gaiment en karaoké  avec Eva "Alexandrie", quand mon attention fut attirée par mon père figé près de la porte fenêtre, qui semblait contempler fixement la nuit…

Je m'approchai de lui et suivis son regard.

Sur la terrasse plongée dans l'ombre, Yvan dansait, seul, en bras de chemise, les yeux fermés, comme en extase, ondulant avec une grâce féline.

Mais je ne compris vraiment ce qu'avait déjà saisi mon père, qu'en voyant Marc se lever d'une chaise invisible dans la nuit, et poser doucement la veste d'Yvan sur ses épaules.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Jeanne Fadosi 23/09/2016 09:47

Difficile ce genre de situation encore que là, à te lire, il ne la touchait pas et elle aurait sans doute dû se douter de quelque chose. Bien trop souvent, il ment jusqu'au bout et même épouse et fait des enfants ...

laura 21/09/2016 16:59

J'ai connu quelqu'un qui n'avait pas compris à temps...

Solange 20/09/2016 01:26

Très beau texte, qui dit tout subtilement.

Quichottine 19/09/2016 19:17

J'avoue que je n'avais pas tout compris, j'avais dû lire trop vite.
Alors, j'ai relu... et j'ai bien fait.
Je n'aurais pas aimé être à la place de la fiancée.

marine D 19/09/2016 14:57

Elle est belle cette histoire, mais voilà ce bel Yvan aurait pu s'expliquer plus tôt sur ses intentions...et ses vrais sentiments, enfin c'est ce que j'ai cru comprendre, et non pas cultiver l'ambiguité...
De toute façon un homme amoureux n'attend pas éternellement pour déclarer sa flamme ...
Bonne soirée Emma

cathycat 18/09/2016 13:42

Une jolie histoire qui ébroue beaucoup de sentiments !!!

Dalva 18/09/2016 07:14

J'aime beaucoup cette histoire, la façon dont elle menée, dont elle est écrite.
Quant à la fin, je l'ai lue comme une fin ouverte, que chaque lecteur pouvait interpréter comme il le voulait. J'ai pensé également à l'homosexualité et puis je me suis dit que c'était peut-être autre chose, un homme pouvant être hétérosexuel et danser avec une grâce féline. On a tous du masculin et du féminin en nous.
Mais en fait c'est évident. Je suis sans doute comme l'héroïne de cette histoire et non comme le père.

Clara65 18/09/2016 06:39

Il ne lui restera plus qu'à faire "son coming-out", bien que je n'aime pas cette expression !
Très bon texte.
Bon dimanche.

Lorraine 17/09/2016 20:32

Ce sont souvent des amis charmants. Ils peuvent faire illusion un certain temps, mais souvent la femme remarque des détails qui ne trompent pas: des échanges de regards masculins, un goût pour la toilette, des projets de sorties avec un "copain" qui revient souvent dans la conversation..:) Ton histoire est bien racontée, chère Emma et la fin fort bien amenée!

anne condomine 17/09/2016 11:46

Bien amené, Emma, quelle histoire!

Mony 17/09/2016 11:40

Heureusement, les moeurs ont évolué et chacun peut vivre suivant ses désirs et non ceux de la société...

almanito 17/09/2016 09:57

Aïe! Tout ce respect aussi...

Jackie 17/09/2016 09:13

Comme quoi ...
Très bien écrit
Belle journée

mireille du sablon 17/09/2016 08:09

.... découverte ....d'un autre choix?
Bises de Mireille du Sablon

Pastelle 07/09/2016 08:57

Oups. Joliment subtil...

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog