la cuisine de l'enfer

*

la cuisine de l'enfer

les mots imposés par " les impromptus littéraires" sont des termes de cuisine : glacer, lier, blanchir, napper, julienne, crème, assaisonner, barder, cuire, tamiser.

***

Dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne*, le juteux avait crié : "ça va barder !"

Peut-être pour galvaniser la bleusaille arrivée en relève dans la nuit, qui dans la pénombre liait silencieusement les molletières glacées, la tête encore pleine de rêves, de Julienne, ou de Louise…

Ou parce qu'à cet instant c'était la seule et pure vérité.

Lui, qui était la crème des hommes, essayait de jouer les durs à cuire.

Et ça avait bardé.

Ce qui avait été la campagne était nappé d'un brouillard laiteux, troué d'éclairs, assaisonné de mitraille.

A l'est, une faible lueur tamisée semblait dire que le soleil se levait encore quelque part.

bonus >>>>clic

*ci dessous

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Quichottine 14/03/2016 21:12

Merci pour la découverte de cette chanson... je ne la connaissais pas.
C'est magnifique !

Et puis... je voulais te dire que tu as relevé ce défi de fort belle façon.
Je ne ris pas... ceux qui se battent savent qu'ils peuvent mourir demain.

Qui viendra à l'aube les rejoindre à leur tombe, pour les faire vivre encore ?
Merci pour ta page, Emma.
Je t'embrasse fort.

Solange 14/03/2016 16:40

Une recette bien concoctée, bravo.

anne condomine 13/03/2016 16:59

Très amusant Emma, ton papier.

Mony 12/03/2016 17:50

Oui, une recette infernale...

Michèle 12/03/2016 14:00

Coïncidence, ce matin j'ai récité à mon mari le début de ce poème de Victor Hugo...et puis quelques autres. Merci pour ton texte aux mots imposés. Amitiés Emma

almanito 12/03/2016 12:29

En quelques mots sobres: la guerre et ta dernière phrase qui en révèle toute l'atrocité. On en reste pétrifié, comme si on était près de ces hommes.
J'avais lu tes deux calmeo, et l'histoire qui m'avait le plus bouleversée "Mon père, ce héros". On en avait parlé ensuite, si tu te souviens.

aimela 12/03/2016 10:08

Une superbe chanson de Gérard Berliner sur les paroles de d'un poème d' Hugo que j'avais appris au collège.

eMmA MessanA 12/03/2016 07:51

Voici une délicieuse façon de cuisiner l'amour, pas la guerre !

jill bill 12/03/2016 07:34

Termes de cuisine mis au front, j'aime ce texte Emma... ah le p'tit Berliner, qui n'est plus... merci !

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog