Le jeu, 2. J'ai vu les hommes noirs debout dans le bayou... Jamadrou

Le jeu, 2. J'ai vu les hommes noirs debout dans le bayou... Jamadrou

cliché Susi, vu chez Adamante

Susi est-ce de la poésie ce qu'ici je vais te dire ?

Susi, hier, tu as voulu que je t'accompagne dans les marais pour faire avec toi,  des photos.

Tu voulais voir, tu voulais me faire voir la beauté du coucher de soleil

Tu voulais que je sois présente

Je t'ai accompagnée.

Mais aussitôt des images fortes, tristes, si dures,  sont remontées de cette eau saumâtre.

Des images venues de ma nuit des temps.

Peur panique

J'ai pensé au jour... J'ai pensé au jour où ...   J'ai pensé au jour où  dieu était parti en voyage.

J'ai peur Suzi    

Tu me donnes la main mais moi je crois serrer la main du diable

Susi je les ai vus, TOUS.

Oh ! Je ne suis pas fière de moi.

Hotel Rwanda j'y étais Susi,   mais moi...

Mais moi Suzi  je suis blanche,  j'ai été évacuée.

Ma vie est paradoxe.

J'ai traversé le temps, j'ai traversé les terres

J'ai vu les hommes noirs debout dans les bayous,

Cherchant au loin la lumière pâle qui les guiderait vers la vie

J'ai traversé les marécages la peur au ventre

Je n'ai pas saisi le bruit des clapotis dans le noir du soir

J'ai laissé fuir le bruit de tes pas dans les massettes à larges feuilles

J'ai traversé le temps, j'ai traversé les terres, j'ai cru entendre le sifflement des machettes.

Oui Susi j'ai la peur au ventre.

 

Présent passé futur, fiction réalité,  les temps sont mélangés.

(Hôtel Rwanda, J'ai serré la main du diable, Le jour où dieu est parti en voyage: 3 Titres de films sur  le génocide des Tutsis au Rwanda)

Deux ethnies vivaient côte à côte Tutsis et Hutus et puis un jour tout à basculé.

Avril 94, le printemps chez nous. Rwanda, des haines refont surface.

Hutus contre Tutsis, 800 000 personnes seront massacrées (en majorité des Tutsis) dans des conditions atroces.

Extermination de masse, génocide. Qui a voulu rayer ainsi de la carte les Tutsis?

 

Mony 15/02/2016 10:52

La peur sera toujours la compagne des rescapés. Et dire qui'l faut si peu pour que la flamme de la haine se ravive n'importe où dans le monde ....

Joëlle 09/02/2016 00:26

voilà un beau poeme fort et halluciné

Jeanne Fadosi 06/02/2016 18:25

qu'ajouter à ces mots puissants et justement lugubres. Comment ces horreurs sont-elles possibles ? encore et encore ... on sait si peu de chose du Burundi au bord de l'abîme

jamadrou 07/02/2016 00:00

Oh Jeanne! "Le poison du conflit ethnique entre Hutus et Tutsis a refait surface insidieusement et l'ombre du génocide rwandais plane sur ce pays voisin, le Burundi" Natacha Tatu

emma 06/02/2016 17:46

il est des mots comme "bayou" qui sont formidablement évocateurs, et chez toi il fait vibrer une belle sensibilité humaniste

jill bill 06/02/2016 17:34

Bonjour jamadrou... De tous temps massacres il y a eu... hier, aujourd'hui, demain... !? Je ne comprendrai jamais cette haine qui jaillit du coeur des hommes tel un volcan pour en assassiner d'autres....

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog