la vie est un songe

pour Miletune, mot imposé : flibuste

la vie est un songe

Bien avant qu'il casse sa pipe, certains - les plus indulgents - pensaient, pour le moins, qu'il était  dans la lune, la plupart  qu'il avait une araignée dans le plafond, voire qu'il était carrément marteau.

Que penser d'autre en effet d'un type qui se colle une pomme en pleine poire ?

De nos jours encore, on s'interroge sur ce délire esthétique.

Autour de lui les personnages traversaient les murs, ou volaient sous l'orage au-dessus des villes, les montres s'écoulaient comme le temps, les animaux s'hybridaient avec des monstres, arpentant le désert sur des pattes mécaniques, et s'abreuvant dans un soulier géant, tandis que Dieu lui-même était un homard, et autres enfumages à la bougie.

Bref nous nagions en plein trip insurrectionnel. Effets spéciaux à plein tube de peinture.

Li - bérons - les - mots ! à bas - la - raison !

Certes chaque génération ressent le besoin de dépaver ce que les précédentes ont pavé, et de s'identifier à une tribu rebelle.

Mais "Plus jamais ça", sans doute l'incantation la plus prononcée au monde, avait pour eux un sens particulier : dans les années 20, ces rebelles (étonnamment toujours chapeautés et cravatés) avaient de bonnes raisons de rejeter ce que leurs papas avaient fait, et de bonnes raisons de penser qu'il fallait tout bazarder.

Mais il ne faut pas croire qu'il est si facile de sécréter du "n'importe quoi", comme attribuer au hasard un nom à une image, en les mélangeant dans un mixeur, ou convoquer des rêves, qui plus souvent sont des cauchemars, en étant éveillé, et sans la stimulation de la fée verte, blanche, neige ou pétards divers, qu'ils jugeaient décadents.

Alors même que la flibuste avidadollars* des marchands de tableaux pouvait en un seul jour décider de leur gloire ou de leur misère !

Il est probable qu'ils pressuraient leur raison pour déraisonner, et qu'ils devaient fébrilement chercher l'inspiration.

Si ça se trouve, peut être que notre René, avait un (pré)verre dans le nez  le jour où il découvrit combien il est terrible le petit bruit de l'œuf dur cassé sur un comptoir d'étain**, et la casse de l'œuf lui fit penser à l'acacia ?

Ou bien, alors qu'il  dégustait un œuf mimosa en compagnie de Gala, (à moins que ce soit Nusch), elle lui ait susurré que le vrai nom du mimosa est en fait "acacia"***.

Dans ce cas, la case "œuf/acacia", en rétablissant la vérité gastronomique, constituerait un contre-pied de nez au surréalisme.

Mais qu'est-ce que la réalité, si ce n'est le voile consensuel qui dissimule le chaos de nos imaginaires ?

Qu'est-ce que la vie ?

Une folie.

Qu'est-ce que la vie ?

Une illusion, une ombre, une fiction.., la vie toute entière n'est qu'un rêve.

(P. Calderón de la Barca)

* anagramme de Salvador Dali

** clic

*** clic

la vie est un songe

Jeanne Fadosi 29/10/2015 19:17

ton texte nous embarque bien loin dans l'imaginaire et la réalité des mots et des choses ... superbe

Solange 28/10/2015 15:52

J'ai embarqué dans cette folie, bravo.

Quichottine 22/10/2015 18:46

Qu'ajouter ?
Juste un merci, parce que j'ai adoré... et que la pièce de Calderón m'a toujours fascinée. :)
Je te raconterai un jour. ;)
Bises et douce soirée.

aimela 22/10/2015 10:38

Le genre de délire qu'aurait apprécié rené

chaourcinette 22/10/2015 10:13

ouah ! c'est beau !! et complètement décalé ! lol j'adore ce genre de délire ! bises Emma

jill bill 22/10/2015 06:48

Excellente prestation Emma...

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog