Mieux comprendre l'art abstrait

Publié le 10 Septembre 2015

grâce à l'ami Didier, dit Kik,

qui nous fait cadeau de son analyse

du célèbre "composition IV de Kandinsky"

Mieux comprendre l'art abstrait

Mon quartier


Je suis l’demi cercle, le deuxième en partant de la gauche.

Celui qu’a pas été épinglé par l’artiste.

Le troisième devant moi c’est ma moitié la Kika, qui bavasse avec le fumeur au chapeau jaune qui ne quitte pas son cendrier. Interdiction de fumer. Le restaurateur du tableau a effacé toutes les cigarettes.

A droite c’est l’usine ou on bosse avec ses cheminées.

Il y a la proue d’un cargo qui dépasse. Il fume plus non plus, ni l’usine, cause l’interdiction de fumer.

Kandisky, Kandi pour les intimes et non candy pour les gentils z’onfonts, Kandi donc, nous a mis l’heure près de nos logements de l’autre côté de la voie ferrée, là où il y a la piscine en bleu, le kiosque à zique en blanc, les stands de tirs, une baraque à frites et la  guérite du garde champêtre prête.

Il est toujours la même heure. C’est l’heure à laquelle il a fini de peindre son tableau. Il s’est débarrassé de sa palette et de trois vieux pinceaux. Il a fait ça classe, non ?  L’art dans la ville, c’est peut-être lui qu’a commencé.
Là-haut il y a  les bains douche signalés par un rond bleu et un porte pomme de douche et un triangle pour avertir qu’il y a du linge de bains à disposition.

Le point gris.

Kandi m’a dit qu’il voulait par ce point gris représenter la royauté agonisante par un mouche décolorée et que le point rouge était petit pour mieux grandir. Une cellule du jeune parti communiste en quelque sorte.
L’antenne de télé soulignée par un trait noir indique que celle-ci appartient au «Château», propriété des Maîtres de l’Acier, épouvantable tirelire qui attire, les regards, les soupçons, la jalousie des ouvriers qui ont du mal à comprendre comment on peut ainsi déséquilibrer l’harmonie d’un monde léger sans être futile.


Kandi m’a dit, désespéré : excuses pour la merde posée là-haut, c’est le dépotoir du château.

 

bonus >>>> clic

 

Rédigé par Emma

Publié dans #burlesque, #invités

Repost 0
Commenter cet article

lemenuisiart 22/09/2015 19:02

Moi je pense que le mieux c'est imaginer

Jeanne Fadosi 13/09/2015 18:41

C'est pas mal aussi de se promener dans l'imaginaire des autres. et ici cela devient du très concret et j'aime

Kik' 11/09/2015 16:07

Bonjour et merci à Emma d'avoir proposer ce petit délire autour de ce cher Kandinsky.
Vos commentaires me revigorent. Bonne journée à tous, bises à Mony, Aimela et Emma Bi1 sûr
Kik'

jackie 11/09/2015 09:39

Merci pour ce superbe article mais Je n'aime pas trop qu'on m'explique un tableau qui est pour moi avant tout une question de ressenti

Solange 10/09/2015 22:32

C'est une amusante description, j'aurais eu du mal à en faire l'analyse.

almanito 10/09/2015 19:08

Kik j'adore votre insolence, c'est très drôle. Dans la même veine que le Calameo d'Emma, excellent.
Si vous donnez des cours sur la peinture, je m'inscris, et si vous avez un blog, je m'abonne immédiatement!

cathycat 10/09/2015 18:17

Mais que c'est bon de comprendre !!! et que cette interprétation est drôle !!! Merci :-))

Mony 10/09/2015 14:32

Cher Kik, si tu me lis, je t'embrasse.
Merci Emma !

grandmistral 10/09/2015 11:49

C'est drôle mon analyse est différente......................hahahahahahaha!

Michèle 10/09/2015 11:47

Une interprétation très personnelle et très drôle ! j'adore

Tizef 10/09/2015 10:53

Superbes, ce tableau et son "décorticage". L'art "abstrait" y devient tout à fait concret, et laisse toute liberté : Bravo !
Je n'aime pas, d'habitude ces "explications" que l'on nous faisait à l'école (en poésie, en textes littéraires ...) qui déflorent tout et étouffent dans l'oeuf toute imagination. Mais ici je suis d'accord avec Aimela. Mais, à mon avis, il ne faut surtout pas "chercher à comprendre" une oeuvre (tant picturale, que musicale ou autre : C'est le ressenti, l'émotion, qui comptent.
LOIC

aimela 10/09/2015 10:09

D'habitude, je déteste qu'on m'explique un tableau car on me casse mon imagination mais là et fait par Kik, je l'accepte, je sais qu'il a bien plus d'imagination que moi et c'est si drôle. Merci Emma pour l'article et pour nous faire " revenir" Didier que j'ai eu l'occasion de rencontrer à Paris

Quichottine 10/09/2015 08:48

J'adore !
L'art abstrait a ceci de particulier qu'il ne dit que ceux que celui qui le regarde veut bien entendre.
Il y a des tableaux qui me touchent profondément, d'autres qui me laissent froide, mais certains tableaux dits "abstraits" me racontent des histoires.

Merci pour celle-ci. :)
Passe une belle journée.

Quichottine 10/09/2015 08:48

"Il ne dit que ce"... bien sûr.

eMmA MessanA 10/09/2015 07:51

Chapeau ! Respect ! Bravo.

jill bill 10/09/2015 07:31

Eh eh sympa ça... Vrai qu'il faut savoir expliquer son oeuvre après coup... de pinceau ! Merci Emma

mireille du sablon 10/09/2015 07:01

....finalement ,c'est tout simple à comprendre!
Bises de Mireille du Sablon