Je me souviens

Je me souviens

Je me souviens…
Je me souviens de votre premier cri fragile et chevrotant,
Miracle sidérant.
Je me souviens du petit clown en fer avec une clé dans le dos.

Je me souviens du bonheur.

Je me souviens
de l'odeur de l'encre violette,
et de maître corbeau sur son arbre perché…
Je me souviens de ma première orange, à 6 ans,
cadeau du gros monsieur de la chambre voisine
à l'hôpital…
Je me souviens que sur le chemin de l'école, Gérard a coupé avec son canif
la queue d'un cochon qui dépassait d'un camion,
le pauvre gueulait tellement  qu'il a ameuté tout le quartier.
Je me souviens du canard décapité qui courait dans la cour de la ferme.
Je me souviens que Matisse avait dessiné nos cartes de ciné-club,
et qu'elles étaient très moches.
Je me souviens que le serial incendiaire était un pompier.
Je me souviens que l'assassin de notre pauvre facteur était un gendarme,
et que le gendarme était le père d'un petit copain.

Je me souviens de mon enfance

Je me souviens
du corbillard noir sur la neige blanche
et de mes petits pieds
gelés dans mes souliers d'été.

Je me souviens de la douleur

Je me souviens des raggazzi de Naples
qui sifflaient nos robes légères
avec constance, sinon conviction…
Je me souviens de nos exaltations et de nos rêves
sur les banquettes en skaï du bistrot de Pierrot…
Je me souviens "du" concerto pour clarinette, un soir de plénitude,
un soir de plénitude où les flammes dansaient,
avec la certitude que la vie serait belle.

Je me souviens de la ferveur

Je me souviens,
mon Dieu, je me souviens,

des soirs et des matins,
des soleils et du vent, des roses et du ressac,
des couleurs et des goûts, des notes et des mots,
des baisers,
et de chaque étincelle qui fit
que la vie fut si belle.

encore un instant, monsieur le bourreau...

autre parution ici (clic)

Aude terrienne 21/01/2015 09:24

Oh des souvenirs cruels quand même avec entre autres cette queue de cochon coupée et ce facteur...

Lenaïg 20/01/2015 11:23

Bonjour Emma, surprenante litanie de souvenirs auxquels le personnage qui implore le bourreau se rattache et qu'il se rappelle, même s'ils ne sont pas tous roses parce que c'est le tout qui forme la vie ... Merci pour ton originalité et la force de cette étrange prière, bises.

Jeanne Fadosi 18/01/2015 16:29

je viens seulement de prendre connaissance de cet article émouvant.
Comme quoi il est mille et une façon d'égrener des souvenirs à la Perec
superbe concerto aussi

old nut 13/01/2015 22:51

Magnifique ode à la vie et au temps qui passe ....

mireille du sablon 13/01/2015 18:58

..tant de souvenirs qu'il faudra oublier, pourquoi? encore un instant, oui, encore un instant svp!
Bises de Mireille du sablon

Solange 12/01/2015 17:54

Tout ces souvenirs qui font de nous ce que nous sommes. Et ça se termine toujours trop tôt.

Pascale MD 12/01/2015 17:45

L'arc en ciel de la vie à laquelle je viens de lire un très belle hommage, merci !
Bonne fin de journée

Quichottine 11/01/2015 13:38

C'est un magnifique poème... si plein de tout ce qui fait nos vies, les joies et les douleurs, le chagrin, la cruauté aussi...
Nous ne sommes pas des saints, nous marchons sans savoir ce que sera demain.
Merci pour tout, Emma.

Loïc Roussain 11/01/2015 09:57

C'est superbe, merci.
Loïc

cathycat 10/01/2015 18:00

Emportée par tes vers je pensais que finalement l'enfance est souvent cruelle... Mais cette chute !... c'est la vie qui est cruelle...

Mony 10/01/2015 11:34

Nous avons tous en nous des souvenirs précieux. Parfois joyeux, parfois douloureux, ils forment
notre être et il est bon de les faire rejaillir.

chaourcinette 10/01/2015 11:24

merci Emma......Anna Prucnal chantait au bourreau : "encore un instant".....que de souvenirs !
http://youtu.be/GKyZCKaby0E?list=UUJN2xpYw6zWmeQa-686bqCQ

aimela 10/01/2015 11:13

Encore un instant car après il n'y aura plus rien . Texte fort sur la vie avec ces hauts et ses bas

almanito 10/01/2015 09:23

Très bel hommage à la vie, à ses couleurs et à ses ombres, ses contrastes et ses contradictions.
"Encore un instant monsieur le bourreau" oh que oui!

jill bill 10/01/2015 09:01

La vie est faite de rose et de noir, mais on y tient, oui encore un instant monsieur le bourreau, madame la mort... merci emma

X 10/01/2015 08:45

Instants qui furent et qui ne seront plus et dont l'évocation nous fait trembler d'émotion. Dernier "couplet" absolument universel. J'ai moi aussi un concerto pour clarinette dans le coeur, ce n'est pas celui-ci mais c'est le même.

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog