Retour à Fombray

pour miletune

le jeu consiste à placer les mots : ancolie merlan somme rouge grues voir glace étés meute hilarant tombes set

Retour à Fombray

 

           Je suis là à marcher entre les tombes avec mon petit bouquet d'ancolies. En les voyant tout à l'heure chez la fleuriste je me suis souvenu de celles du jardin de ma grand-mère Léonie, près du vieux mur de pierre où s'accrochait un chèvre feuille qui embaumait les soirs de pluie.

 Dix ans que je ne suis pas revenu à Fombray ! précisément depuis le jour de l'enterrement de Léonie. Et tandis que je dispose les fleurs sur le modeste carré de petits galets sous lequel elle repose, les souvenirs des étés de mon enfance déferlent dans ma mémoire…

A l'époque, et bien que je la considérais alors comme très vieille, elle exerçait toujours les fonctions de gouvernante au château. Je soupçonne maintenant que le comte, un excellent homme qu'elle connaissait depuis l'enfance, devait continuer de l'employer par affection plus que par nécessité.

Léonie m'emmenait souvent au château, et  tandis qu'elle s'activait à la cuisine avec la petite Mariette, le vieux Charles de Fombray, que la vie avait privé d'enfant, trouvait en moi un disciple docile pour exercer son paternalisme bienveillant, plein d'une pédagogie fantaisiste. Dans mes très jeunes années je prenais pour argent comptant les piquantes pseudo anecdotes historiques ou les récits d'aventures imaginaires dont il émaillait ses discours.

 J'appréciais les promenades avec lui dans le parc, où il m'apprenait à distinguer la salamandre du  triton, et j'adorais voir sauter dans le bassin les grosses carpes selon lui centenaires…

 Le Comte de Fombray était féru d'exotisme, et grand collectionneur. Dans le hall, devant les immenses vitrines où étaient exposés en éventail des sets de couteaux orientaux et poignards anciens, dont il racontait le passé terrifiant, trônait en majesté dans une vaste cage dorée un perroquet gris du Gabon, nommé Ernesto, qu'il disait âgé de 128 ans !

Je doutais un peu qu'il lui ait été vraiment légué par un pirate, ainsi que le prétendait le Comte, mais Ernesto était carrément hilarant. Ainsi il refusait obstinément de parler lorsqu’on le lui demandait, mais aussitôt avais-je tourné les talons qu'il lançait un sonore "déguerpis, gredin, au galop !" et aussi vite que je me retournais, il avait repris son attitude hiératique, voire feignait de piquer un petit somme.

Mais je redoutais un peu les jours de pluie où le Comte me faisait les honneurs de sa bibliothèque, située au bout d'un long couloir qu'il appelait pompeusement "la galerie des glaces" en raison des deux grands miroirs biseautés qui faisaient face à une tapisserie molle et quelque peu élimée représentant un cerf aux abois dans une mare cernée par une meute de chiens féroces.

A ma grande consternation, alors que je ne rêvais que de m'affaler dans un des vieux fauteuils pour dévorer Spirou ou Bibi Fricotin, le vieux comte prenait parfois un air gourmand, tirait une clé de son gousset et ouvrait pour moi (ce qu'il considérait comme un honneur) les longs tiroirs plats du meuble où il conservait ses estampes japonaises. Il enfilait des gants de soie blanche et sortait avec des mines délicates  ses trésors aux teintes délavées qu'il étalait sur la grande table en loupe d'orme.

J'ai été obligé de les examiner tant de fois que je me souviens encore des canards mandarins dans la neige, du vol de grandes grues blanches et noires sur un soleil rouge, de merlans bleuâtres ondulant entre liserons et idéogrammes, et d'énormes vagues grises dont l'écume soigneusement cernée me faisait penser à des doigts crochus.

Curieusement le Comte n'ouvrait jamais le tiroir du bas, et ce n'est pas moi qui lui aurais fait remarquer cet oubli.

J'aimerais vous dire que cette initiation a décidé de ma vocation  artistique, mais à la vérité, je n'en garde que le souvenir d'un profond ennui, heureusement rare dans ces vacances merveilleuses.

Et maintenant, dans le train qui me ramène à Paris, après m'être heurté à la grille fermée du château devenu colonie de vacances, les yeux fermés, je peux encore sentir le  goût des petits beurres de ma chère grand-mère Léonie.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Jeanne Fadosi 15/08/2014 17:48

un bien joli texte découvert sur miletune
par contre 2 pubs qui n'ont pas été bloquées sur ton site et en plus leur présentation en est bien agressive

emma 10/08/2014 08:46

autres commentaires ici
http://miletune.over-blog.com/2014/08/retour-a-fombray-emma.html

Michèle 06/08/2014 18:19

Un clin d'œil proustien Emma !!! et comme toujours j'aime beaucoup. amitiés

almanito 06/08/2014 15:52

un récit rempli de charme et ce vieux Charles de Fombray (on pense un peu à Combray) me rappelle un grand-père quelque peu excentrique, collectionneurs de timbres et d'anecdotes farfelues qu'il prétendait historiques aussi.

Quichottine 06/08/2014 11:45

De beaux souvenirs... dans le dernier tiroir, il y avait d'autres estampes, à réserver aux adultes. :)
Passe une douce journée, j'ai beaucoup aimé ta participation.

jill bill 06/08/2014 09:44

Oui, lu avec plaisir sur Miletune... merci emma ! ;-)

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog