Papaver

 

remplir les 4e de couverture, pour Miletune

Papaver

Le sommeil des femmes

Le 13 décembre, jour de la Sainte Lucie, des ouvriers chargés de la réhabilitation d'une ancienne usine, au nord de Skaborörnsköldsvik, font une étrange découverte dans un loft en travaux. Trois femmes vêtues de blanc sont plongées dans un sommeil profond sur une peau d'ours blanc, à côté d'une bouteille de jus de pomme et d'un pavot fané. Après deux semaines, elles dorment toujours à l'hôpital de la ville.

 Telle est la première enquête confiée à l'officier Mimi Yu, fraîchement diplômée  de l'école de police.

Le sommeil des femmes est le premier roman de la tétralogie "Papaver", qui enthousiasme la critique internationale ; le pseudo " Miletune" de son  mystérieux auteur cacherait une célèbre personnalité politique.


L'écume des saisons

L'écume des saisons est ce malaise indéfinissable qui envahit les habitants de la petite île de Fjäderholmavaxshåsn, au large de Skaborörnsköldsvik lorsque, le dernier touriste parti, ils se retrouvent seuls, dans des jours de plus en plus courts. Tankar står stilla[1], les pensées sont à l'arrêt.

Les Anglais, comme ce peintre muet apparenté à la famille royale qu'on retrouve pendu dans la petite maison de bois qu'il loue  à l'année, ont une appellation beaucoup moins romantique pour désigner cela : "Seasonal Affective Disorder". Mais les autorités ne croient pas au suicide, et les soupçons se portent sur Anton, un marin étranger devenu gardien de phare.

Mimi Yu devra affronter l'atmosphère étrange de l'ile sans se perdre dans les yeux couleur de brume du mystérieux Anton.

 

Les festins de métal

Lors de la visite du ministre de l'industrie, la presse hydraulique de la casse automobile de Skaborörnsköldsvik tombe en panne juste au moment où elle recrache une galette de Mercédès dans laquelle sont nettement visibles les inclusions raplapla de deux trafiquants de drogue.

L'enquête s'annonce d'autant plus difficile pour Mimi Yu que la casse est tenue par son compagnon, Anton, l'ancien gardien de phare aux yeux couleur de mer…

 

L'alphabet des imbéciles

Les Imbéciles, disait Flaubert, sont ceux qui ne pensent pas comme vous.  Ce qui en fait un vaste sujet d'étude sur lequel se penche Torun Hallström, le plus ancien, le plus "titré" et le mieux gardé des pensionnaires de la prison de Skaborörnsköldsvik. Il a entrepris de rédiger un " dictionnaire amoureux des imbéciles" et il en est à la lettre B de sa liste alphabétique : balance, baveux, bavure, lorsqu'il se volatilise  subitement de sa cellule, alors que la porte est toujours fermée quand le gardien apporte la soupe du soir. 

Mimi Yu, auréolée de ses succès dans ses précédentes affaires, se trouve désemparée devant une telle  énigme, d'autant qu'elle est perturbée par le fait que sa sœur, la jolie Li, en situation illégale, semble vouloir s'incruster dans la péniche où elle vit maintenant  avec Anton.


[1] Tankar står stilla
som mosaikplattorna
i palatsgården. (Tomas Transtörmer)

Les pensées sont à l'arrêt
comme les carreaux de faïence
de la cour du palais

 

Papaver, sur Mamelio.

 

critiques et extraits.


Un Tel. Je vous l'avoue tout net, je n'ai pas du tout aimé l'aspect de "déjà vu" de cette tétralogie dont l'objectif commercial est de surfer sur la success story de Millenium. Certes la relation n'est pas incestueuse comme celle entre Harry Potter et l'ile du crâne d' Horowitz, mais on peut parler de plagiat moral dans la mesure où les décors et ingrédients sont sempiternellement les mêmes. Nous sommes donc envahis de romans noirs nordiques, entre ciel bas et mer grise, décors glauques, où les enquêteurs souffrent de divers  troubles mentaux. On conviendra quand même qu'affubler Mimi Yu de nymphomanie compulsive frise la caricature…

Fleur bleue. J'ai adoré le souffle romanesque de cette série, que j'ai dévorée de la première phrase du sommeil des femmes : "Bjorn détestait les dimanches, et plus encore les jours de fêtes", jusqu'aux derniers mots si émouvants de l'alphabet : "merci Mimi dit Li"

Marc L. à Untel. Si vous n'aimez pas ça, n'en dégoûtez pas les autres. Personne ne vous oblige à lire.

Yvette P. Mon père et mes frères ont administré une entreprise de casse automobile jusqu'en 1998, et je peux vous affirmer qu'à cette date déjà, la presse hydraulique citée dans les festins de métal était parfaitement obsolète, et remplacée depuis longtemps par la Y83-250  ou la Mammouth 3B.

Untel. à Marc L Bravo ! Votre critique fait bien avancer le schmilblic.

Mireille. " depuis que Selma l'avait quitté, Nicklas passait ses journées à scruter à la jumelle d'un air mauvais les bateaux qui allaient de Fjäderholmavaxshåsn à Skaborörnsköldsvik sur la mer imperturbablement et désespérément grise"

 " Mimi Yu avait fini par s'habituer au thé insipide du commissariat, ainsi qu'aux blagues stupides de ses collègues massifs et couverts de poils, qu'elle n'était pas loin de considérer comme des sortes de yétis "


lire les 94 autres commentaires…

 

Jeanne Fadosi 03/09/2014 19:38

je m'étais régalé à le lire sur miletune. Il ne manquerait plus que de les écrire ces livres ...

cathycat 01/09/2014 18:42

Oh bravo Emma ! non contente de faire les quatrièmes de couverture, tu as même imaginé les critiques et les réponses. Tu m'épates !...

jamadrou 31/08/2014 11:10

J'ai lu "Le sommeil des femmes" de la première à la dernière page.
et croyez -moi ce thriller policier est palpitant, vous ne verrez plus jamais le monde médical avec le même œil!!
Nous croisons des marginaux , squatteurs,migrants, naufragés de la vie, et trafiquants de toutes espèces.
La jeune Mimi Yu est un personnage étrange doté d'une autorité envoûtante, même le lecteur est obligé de la suivre. Elle nous emmène dans son enquête et nous attache à ses réflexions. Avec elle nous tombons dans l'horreur. Nous saurons tout sur les trafics d'organes de par le monde, et surtout comment "des hôpitaux réputés" se procurent "des yeux nouveaux". Sainte Lucie doit se retourner dans sa tombe!
Je vous conseille cet ouvrage , le pseudo " Miletune" de son mystérieux auteur cache, c'est certain, une célèbre personnalité politique...je crois avoir trouvé de qui il s'agit.
Âmes sensibles n'ouvrez jamais ce livre.

Nina Padilha 31/08/2014 10:24

Whouaouh ! Toutes mes félicitations !

aimela 30/08/2014 16:13

Dommage que ces romans soient fictifs, j'aurai bien aimé les lire et je t'aurai fait un bon commentaire à ajouter aux 100 autres

almanito 30/08/2014 14:54

Excellent, c'est parfait et tout à fait vraisemblable et ressemblant quoique déjanté et farfelu, je suis pliée de rire, merci Emma.
J'aurais volontiers pris connaissance des 94 autres commentaires s'ils sont tous dans le même style!!!
Ah oui, j'en redemande!

Mony 30/08/2014 11:47

J'ai vraiment apprécié ces deux versions. Bravo !

Quichottine 30/08/2014 09:25

Eh bien... tu vois, tu m'as donné envie de lire ces livres qui n'existent pas. :)
Passe une douce journée.

jill bill 30/08/2014 08:11

Excellent comme toujours emma... ;-)

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog