Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

nous ne vieillirons pas ensemble

nous ne vieillirons pas ensemble

          Je suppose que tu lis ces mots dans le TGV qui te ramène à Paris, parce que tu viens de trouver la lettre que je vais glisser à côté de ton billet de train.

Il est probable que je suis à rassembler mes affaires devant un lit défait.

En pleurant, comme je pleure en écrivant.

 

Ô mon amour, mon doux, mon tendre, mon merveilleux amour, c'est fini. C'est la dernière fois.

Never more.

Jamais plus.

Je tranche dans le vif, amputation sans anesthésie. J'ai demandé ma mutation outremer, je pars la semaine prochaine.

Nous ne vieillirons pas ensemble.

Mais cela tu le savais, n'est-ce pas, depuis le début ?

Je ne t'ai jamais demandé d'abandonner ta famille. Je n'aurais rien pu construire sur le malheur des enfants.

Je ne veux pas devenir collante, puis larmoyante, et peut être te faire pitié.

Notre histoire n'est pas un voyage au long cours, laisse-moi en faire une croisière flamboyante.

Tu m'as souvent reproché de mettre ma vie en scène, de faire de la littérature avec le quotidien. C'est vrai. Je veux que notre histoire reste parfaite, un souvenir que nous garderons comme un joyau au fond de nous, intact.

 

Tu regardes le paysage défiler à toute vitesse et tu as mal. Un mal de chien, j'imagine. Tu te feras consoler. Il y a toujours des femmes pour consoler les hommes. C'est ainsi. Et c'est bien.

 

Je sais en écrivant ces mots, comme je saurai demain, en regardant un lit défait, que la plaie en moi restera béante, comme ces crevasses d'après séisme, qui laissent la terre poignardée.

Mais je continuerai, et j'aurai moi aussi des enfants. Ils n'auront pas comme toi cette mèche rebelle et les paillettes qui s'allument dans tes yeux quand tu ris.

Mais je les aimerai tendrement, doucement ; et quand ils m'auront abandonnée à leur tour, je vieillirai, parce qu'il faut bien vieillir, avec ton souvenir.

 

Tu te rappelles comme j'ai pleuré au cinéma en entendant " Il était mon Nord, mon Sud, mon Est, mon Ouest " ? Tu t'es moqué de moi, te souviens-tu ?

 

Tu es mon nord, mon sud, mon est et mon ouest.

 

Des collègues parfois me parleront de toi.

Et je dirai de toi qui fus ma vie,

de toi qui fus ma force et ma douceur :

"comment va-t-il ? " *

* P Géraldy

 

les histoires d'amour finissent mal, en général,

bonus ici CLIC

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Q
Je l'avais lu... et je me demande pourquoi je n'avais rien écrit...
Répondre
C
La voix, les intonations, la musique de Jacques Brel me reviennent à l'esprit et augmentent le poids de cette triste lecture. Tu sais parler d'amour.
Répondre
M
Bonjour Emma,<br /> <br /> Ton texte a un accent de vérité fascinant. Car je connais quelqu'un qui pourrait être ton héroïne. Elle aussi a demandé sa mutation pour outremer et son compagnon est resté ici. Fin de leur belle histoire.<br /> Comme c'est triste lorsqu'un magnifique amour se termine ainsi.
Répondre
J
Bonjour Emma,<br /> belle et émouvante lettre de rupture, où il semble qu'une lueur veuille parfois persister après certaines séparations. Une veilleuse disons...<br /> J'ai remarqué dan un commentaire une citation de Supervielle assez judicieuse, et que j'ai reconnue (je le lis beaucoup en ce moment, et il m'inspire souvent).<br /> <br /> Il semble que ce site ait piraté ton lien, du moins le dernier que tu as laissé chez moi, qui mène droit à ceci et non chez toi (j'ai déjà vu ça ailleurs) :<br /> http://www.https.com//fr.calameo.com/read/000888158178fe2f73fed
Répondre
M
Et ce beau poème me revient <br /> <br /> Je ne veux jamais t'oublier<br /> m a colombe, ma blanche rade<br /> mon île au loin, ma désirade...
Répondre
M
C'est magnifique Emma, si bien raconté, nos coeurs sont souvent champs de ruines, abandon, renoncements... Je suis au bord des larmes, merci
Répondre
C
Votre texte me fait penser au livre que je viens de lire, L'ange incliné, de Pierre Mari. Une histoire d'amour impossible dont les amants ne conserveront que le meilleur.
Répondre
A
Merci d'offrir cette magnifique lettre d'amour.<br /> Rupture, oui, mais sur une trame d'amour assez exceptionnelle pour elle si ce n'est pas exactement la même chose, peut-être, pour lui.<br /> Un tel amour ne meurt jamais. Il reste pour toujours telle une gravure ciselée à l'or fin dans le coeur. La vie reprendra son coeurs, mais les yeux ne verront plus jamais de la même façon.
Répondre
C
J'aime votre texte qui me fait penser aux vers de Supervielle :<br /> <br /> [...] Qu'importe en sa longueur l'Océan Atlantique,<br /> Les champs, les bois, les monts qui sont entre nous deux ?<br /> <br /> L'un après l'autre un jour il faudra qu'ils abdiquent<br /> Lorsque de ce côté tu tourneras les yeux.
Répondre
G
J'ai commencé à lire et j'ai été interrompue. A nouveau j'ai pris le temps, parce que cette "lettre" est une étape capitale dans la vie de deux êtres, et qu'elle m'a rappelé celle-ci : https://ticayou-galet.blogspot.com/2019/02/la-lettre.html
Répondre
C
Il faut parfois aller chercher la volonté au plus profond de soi pour ne pas souffrir plus longtemps.
Répondre
C
un superbe texte plein d'amour et d'abnégation....en te lisant je pensais à une chanson de Barbara ..."parce que"....."<br /> C'est parce qu'ici ou là<br /> Dans un autre pays<br /> Pourvu que tu y sois<br /> C'est aussi mon pays<br /> C'est parce que je t'aime<br /> Que je préfère m'en aller<br /> Car il faut savoir se quitter<br /> Avant que ne meure le temps d'aimer.....<br /> Triste mais tellement vrai si on veut avancer...Malgré le souvenir....les yeux ouverts sur l'avenir !! merci pour ce texte!!
Répondre
G
Un beau texte poignant <br /> Le bruit des vagues qui emporte le plus laid <br /> Pour ne retenir que le meilleurs à venir <br /> Bonne journée
Répondre
M
Quel beau texte, une histoire d'amour qui se termine c'est toujours triste et souvent on ne sait qu'après qu'on n'aurait pas du partir...
Répondre
X
Un texte dans lequel on perçoit toute la force du courage...
Répondre
G
Souvent il serait préférable d'agir ainsi, encore faut-il avoir le courage de le faire !!!
Répondre
M
Rompre en beauté, tout un art. Reste un goût amer...Joli texte, Emma :)
Répondre
M
...quand ce n'est plus possible, autant "se"reconstruire ailleurs..<br /> Bises du jour<br /> Mireille du sablon
Répondre
J
On ne peut jurer de rien en ce mettant ensemble... jusqu'à ce que la mort nous sépare, eh non...
Répondre
A
Un amour impossible comme une petite vague qui s'écrase inexorablement contre les rochers et l'écume qui reste pour toujours...
Répondre
D
Les ruptures sont souvent difficiles. Beau texte.
Répondre